Restons en contact !

France et monde

« Vague de suicides inédite », plan d’urgence: 4 points pour tout comprendre de la « marche de la colère » des policiers

Publié

le

Les organisations syndicales ont donc réussi "l'union sacrée", et espèrent une mobilisation exceptionnelle
Les organisations syndicales ont donc réussi « l’union sacrée », et espèrent une mobilisation exceptionnelle / Photo : Rama

A l’appel d’une intersyndicale inédite depuis 2001, les policiers s’apprêtent à battre le pavé à Paris, ce mercredi 2 octobre, pour une « marche de la colère » sur fond de profond malaise au sein de la profession.

Il n’y avait pas eu un mouvement pareil depuis près de vingt ans, avec la mobilisation qui avait suivi le meurtre de deux policiers au Plessis-Trévise (Val-de-Marne) par un braqueur récidiviste.

Les organisations syndicales ont donc réussi « l’union sacrée », et espèrent une mobilisation exceptionnelle de 15.000 à 20.000 manifestants.

On fait le point sur les motifs de cette colère.

1. Vague de suicides

La vague exceptionnelle des suicides enregistrés depuis le début de l’année a déclenché le mouvement.

Il s’agirait de la plus forte poussée d’actes suicidaires jamais connue, analyse le média en ligne Miroir social.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé le 12 avril, la mise en place d’une cellule de vigilance pour les prévenir. Insuffisant, juge la profession.

En une seule semaine, fin juillet, cinq policiers se sont donnés la mort.

Le problème, déjà présent depuis un moment, s’est aggravé à la fin de l’année 2018, avec les manifestations des « gilets jaunes » chaque samedi.

2. Les heures supp’ impayées

C’est le deuxième problème aigu que les policiers vont dénoncer aujourd’hui. Ils ont accumulé quelques 23 millions d’heures supplémentaires non payées, alors que le ministère de l’Intérieur recherche désormais une enveloppe de 300 millions d’euros pour remettre les compteurs à zéro à partir de janvier 2020.

« C’est un chantier que nous ouvrons », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, le 28 août sur BFMTV. « Je souhaite que, d’ici à la fin de l’année, nous commencions à payer et à apurer une partie de notre dette. »

3. De mauvaises conditions de travail

Christophe Castaner l’avait également reconnu sur RMC fin août : « Les policiers ont un week-end [de repos] tous les six week-ends, la vie familiale en prend un coup ». Il annonçait « travailler sur le changement des cycles horaires ». « Dans ce que nous proposons, ils auront un week-end de trois jours tous les deux week-ends, ils auront un mercredi tous les deux mercredis. », ajoutait-il.

Une revendication des syndicats, qui réclament de meilleurs cycles horaires, en plus d’une « amélioration générale des conditions de travail ». 

Le syndicat Alliance préconise « un vrai plan d’urgence, qui permettrait enfin d’avoir des conditions de travail décentes, d’avoir aussi, comme tout le monde, des heures supplémentaires payées. De ne pas arriver au travail dans des locaux insalubres et se sentir bien au travail pour pouvoir affronter la misère, la violence, le rôle de policier sur la voie publique qui est loin d’être facile, qui est dangereux, etc. Si nous atteignons une situation catastrophique, cela sera de la faute de l’administration, la faute du gouvernement et la faute de la présidence. »

4. Réforme des retraites

Les policiers bénéficient d’une bonification spéciale dite « du cinquième » ou « quinquennale », qui leur offre une annuité (quatre trimestres) de cotisation tous les cinq ans pour leur retraite. Mais ça pourrait ne pas durer, avec la réforme en cours. Un point de tension supplémentaire entre eux et l’exécutif.

« Nous voulons une position ferme et définitive du gouvernement » réclame Unité SGP Police-FO.

Pour Yves Lefebvre, patron du syndicat de gardiens et de gradés « tout le monde doit comprendre qu’il y aura le feu dans la maison ‘police' » si le gouvernement suit les préconisations de Jean-Paul Delevoye. »

full-width

Rivieractu est une source certifiée Google News. Suivons-nous sur Twitter et sur Facebook

Notre sujet, c'est vous. Mordant et malicieux, passionné mais pas naïf, engagé mais pas militant : Rivieractu est un magazine de société sur la Côte d'Azur.

Publicité
Commentez cette news

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

La richesse des 10 plus grandes fortunes mondiales a presque triplé en à peine 10 ans

En une décennie la fortune des dix hommes les plus riches de la planète est passée de près de 300 milliards de dollars à un peu plus de 820 milliards, selon la chaîne américaine CNBC

Publié

le

Rédigé par

Photo : Anthony Quintano

ÉCONOMIE — Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a vu sa fortune augmenter de 27,3 milliards rien qu’en en 2019. En janvier dernier, le patron de Facebook a gagné 6 milliards de dollars… en une seule journée !

LIRE AUSSI… Les 6 Anglais les plus riches ont autant d’argent que les 13 millions les plus pauvres réunis

Ces dix dernières années, la fortune des dix hommes les plus riches de la planète est passée de près de 300 milliards de dollars à un peu plus de 820 milliards, selon la chaîne américaine CNBC.

Une augmentation qui serait due aux cours de la bourse et aux différents systèmes politiques, souvent favorables aux plus riches.

LIRE AUSSI… En 2019, les sommes touchées par les actionnaires du CAC 40 ont battu des records (et ça ne va pas s’arrêter)

« C’est une richesse qui est virtuelle en partie, mais il n’en reste pas moins que depuis 2004 (l’année de création de Facebook), les cours de l’entreprise ont très fortement augmenté et c’est ainsi que s’explique très largement la richesse financière colossale de M. Zuckerberg. Ce sont des gens qui sont dans une situation de monopole. Mark Zuckerberg domine très largement le domaine des réseaux sociaux », explique Dominique Plihon, membre de l’ONG Attac et des « économistes atterrés », auprès de nos confrères de RFI.

LIRE AUSSI… Thomas Piketty : « On a un clivage social qui menace de tout faire exploser »

Entreprises sous-taxées

« Il y a à peu près 26 milliardaires dans le monde qui ont autant de richesses que les 4 milliards de personnes les plus pauvres de la planète. Cette accumulation frénétique de richesse est liée ‘au politique’. C’est un choix politique de pratiquer une fiscalité extraordinairement favorable… Ces entreprises sont sous-taxées », a également dénoncé l’économiste.

Mais cette fiscalité avantageuse en garantit pas que les plus riches paient leurs impôts. L’évasion fiscale coûterait d’ailleurs chaque année environ 1.000 milliards d’euros, rien que dans l’UE.

Lire la suite

France et monde

Des millions pour l’évasion : Carlos Ghosn aurait dépensé une fortune pour fuir le Japon

A la veille de la conférénce de presse de Carlos Goshn, nous en savons plus sur son évasion rocambolesque. L’ancien patron de Renault Nissan aurait dépensé plus de 20 millions d’euros pour échapper aux autorités japonaises.

Publié

le

Rédigé par

Norsk Elbilforening / Flickr

Mais où bien pouvoir s’arrêter le feuilleton Carlos Ghosn?

France Info annonçait il y a quelques jours que l’homme d’affaires avait signé un contrat d’exclusivité avec Netflix pour raconter (probablement) son évasion spectaculaire, cette affaire ressemble de plus en plus à une série à rebondissements.

Après s’être échappé du Japon le 30 décembre dernier, le patron déchu de Renault-Nissan se trouve aujourd’hui au Liban. Une semaine à peine après son évasion et à la veille d’une conférence de presse qu’il doit tenir depuis Beyrouth, nos confrères du Financial Times révèlent les derniers détails de son rocambolesque « voyage ».

20 millions d’euros dépensés?

D’après une source proche, Carlos Ghosn aurait payé plus de 175.000 euros à la société turque MNG Jet par l’intermédiaire d’une entreprise basée à Dubai, pour la location d’un jet privé.

MNG aurait agit depuis le Qatar pour aider l’homme d’affaire à quitter le Japon (l’entreprise dément).

La facture a été adressée à Al-Nitaq-Al Akhdar, un homme lié à la direction de MNG.

Au total, Carlos Ghosn aurait été prêt à débourser plus de 20 millions d’euros pour s’échapper, sans que l’on connaisse encore le détail de ces dépenses, d’après le magazine Capital.

L’ancien patron fait l’objet de quatre inculpations au Japon : deux pour des « revenus différés non déclarés » aux autorités boursières ainsi que deux autres pour « abus de confiance aggravé ».

Lire la suite

À la une

Voici les deux thématiques cruciales qui seront au coeur des municipales 2020

À un peu plus de trois mois des élections municipales, un sondage Odoxa commandé par franceinfo: détaille les principales attentes des administrés concernant leur prochain maire. Sans surprise, la protection de l’environnement et le maintien de la sécurité seront les principaux combats que devront mener les futurs élus.

Publié

le

Rédigé par

Une majorité de Français voient en leur maire un garant efficace de leur sécurité. Une information à mettre en lien avec la hausse perpétuelle du nombre de caméras de surveillance installées dans les différentes communes de l’Hexagone.  - Photo : Metronews Toulouse, à titre d'illustration.

MUNICIPALES 2020 — 77% des Français considèrent que « les maires ont le pouvoir d’agir efficacement sur la sécurité des biens et des personnes ». Le résultat des élections municipales (15 et 22 mars prochain) sont donc très attendus.

D’après un sondage réalisé par Odoxa, institut partenaire de France Info, de France Bleu et du journal Le Télégramme, les principales inquiétudes des Français concernent la sécurité et l’environnement, comme c’est notamment le cas à Nice.

Deux sujets essentiels qui sont présents dans respectivement 47 et 33% des réponses à ce sondage.

De plus en plus d’investissements pour la sécurité ?

Une majorité de Français voient en leur maire un garant efficace de leur sécurité. Une information à mettre en lien avec la hausse perpétuelle du nombre de caméras de surveillance installées dans les différentes communes de l’Hexagone.

88% des personnes interrogées sont aussi favorables au fait « d’autoriser les forces de l’ordre à pénétrer dans les halls d’immeubles. » 

Toujours d’après ce sondage, les administrés sont aussi sensibles à l’environnement : 77% d’entre eux pensent que « les maires ont le pouvoir d’agir sur l’environnement et la lutte contre la pollution. » 

Lire la suite

🔥 C’est populaire