Restons en contact !

France

Snap homophobe de Koba LaD: mais pourquoi les médias sont-ils plus sévères avec le rappeur qu’avec Mila?

Se réjouir du meurtre d’un enfant, d’autant plus quand il s’agit d’un acte homophobe, ça n’est pas légal. Critiquer une religion (et pas ses fidèles), même avec des termes vulgaires, c’est un droit. Voilà, rien de bien compliqué — sauf pour Twitter

Publié

le

FRANCE/CULTURE — Deux poids, deux mesures?

Le rappeur Koba LaD a publié dimanche 16 février une story Snapchat (photo publique) relayant une capture écran d’un article (« Ce père tue son propre fils de 14 ans parce qu’il était gay ») traitant d’un infanticide homophobe. Sur ce post était écrit : « Bien joué. »

Dans la foulée, We Love Green, Dour, Main Square, Garorock, VYV, et quelques autres festivals ont annoncé avoir déprogrammé l’artiste.

En cause, en plus de la fameuse story, des excuses pour le moins ratées, où le jeune homme a plaidé « la défonce » et a assuré « ne cautionner ni le meurtre, ni l’enfant gay. » Du grand art.

« White privilege » et « lobby LGBT »

Sur Twitter, où la polémique est l’un des sujets d’actu les plus discutés depuis trois jours, beaucoup d’internautes font le rapprochement avec Mila, cette ado LGBT au centre des débats les semaines passées pour avoir violemment insulté l’islam (« religion de haine », « votre Dieu je lui mets un doigts dans le… »).

À LIRE AUSSI… Droit de critiquer les religions: la France coupée en deux, selon un sondage

Pour un certain nombre de twittos, Mila jouirait d’un « white privilège » (privilège blanc) qui lui promettrait plus de tolérance des médias que pour le rappeur Noir. D’autres ne comprennent pas pourquoi la story de Koba serait plus grave que celle de l’ado.

Si Mila a été « défendue » par certains médias, c’est que sa critique —même brutale— portait sur un culte, pas sur les fidèles qui l’exercent. On peut alors juger cela blessant, ou maladroit, mais ça n’a rien d’illégal (on parle de droit au blasphème, même si l’expression n’est pas tout à fait correcte). Les Français sont d’ailleurs très partagés sur cette question.

L’homophobie, une haine, pas une opinion

Koba LaD semble se réjouir d’un meurtre (lui affirme avoir partagé l’article sans avoir vu la légende « bien joué »). Le crime en question est, selon le titre du média, homophobe.

En France, l’homophobie est délit, pas une opinion. Les gays, les lesbiennes, ne choisissent pas leur orientation sexuelle, contrairement à ce que beaucoup de twittos semblent défendre ces derniers jours.

À LIRE AUSSI… ENQUÊTE. Nice et ses gays, le grand malaise

Quid de ceux qui disent vouloir séparer l’homme de l’artiste? C’est ce qui peut être fait quand Koba LaD lâche dans une punchline :

« Ramène tes grands frères pédale ; Neuf millimètres est de taille. »

On aurait tendance à considérer qu’il n’y à rien à interpréter dans ces paroles, qui relèvent de l’expression artistique.

Par contre, dans le cadre d’une communication sur un réseau social, difficile de considérer que Koba s’exprime là en tant qu’artiste ou en tant que personnage d’une oeuvre.

Rivieractu est une source certifiée Google News. Suivons-nous sur Twitter et sur Facebook

Notre sujet, c'est vous. Mordant et malicieux, passionné mais pas naïf, engagé mais pas militant : Rivieractu est un magazine de société sur la Côte d'Azur.

Publicité
1 Commentaire

1 Comment

  1. Jeanjean

    23/02/2020 at 12:41

    Aucun rapport entre Mila et Koba.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

🔥 C’est populaire