Restons en contact !

Mouvements sociaux

Retraites: en Arles, la police compte deux fois plus de manifestants… que les syndicats!

Alors ça, c’est rare

Publié

le

Image d'illustration à Nice le 5 décembre, Photo C.A.

BRÈVE/RÉGION SUD — De nouvelles manifestations contre la réforme des retraites sont organisées ce mercredi matin un peu partout en France.

Au 56e jour de grève, ils sont plusieurs centaines à battre à nouveau le pavé, notamment en Arles, contre le texte  porté par le gouvernement et rejeté par une large majorité de Français.

À LIRE AUSSI… 61% des Français veulent le retrait de la réforme des retraites: nouveau sondage préoccupant pour Emmanuel Macron

Avocats, salariés de La Poste, de la médiathèque ou d’Actes Sud, ou encore des retraités ont fait le tour du centre-ville. Sauf qu’il y a visiblement eu un soucis au moment du décompte des participants, comme le relève La Provence.

Fait rarissime, les syndicats ont compté 400 manifestants, alors que la police en dénombre… plus de deux fois plus, avec 1.000 personnes.

Les organisations syndicales ont-elles été dépassées par leur succès?

Notre sujet, c'est vous. Mordant et malicieux, passionné mais pas naïf, engagé mais pas militant : Rivieractu est un magazine de société sur la Côte d'Azur.

Mouvements sociaux

« BlackRock assassin »: À Paris, des activistes écolos investissent et dégradent les locaux du gestionnaire d’actifs

Certains, réussissant à atteindre les bureaux de BlackRock, y ont laissé des inscriptions sur les murs

Publié

le

Rédigé par

Photo d'illustration / Dylan Agbagni

MOUVEMENTS SOCIAUX — Plusieurs dizaines de militants écologistes ont manifesté ce lundi 10 février devant les locaux parisiens de BlackRock, certains réussissant à y pénétrer. Le numéro un mondial de la gestion d’actifs dénonce une « intrusion violente » et des « actes de vandalisme. »

Les militants, parmi lesquels des sympathisants des mouvements Fridays for Future et Extinction Rebellion, réclamaient la fin des investissements dans les énergies fossiles.

Certains, réussissant à atteindre les bureaux de BlackRock, y ont laissé des inscriptions sur les murs.

Plusieurs rues avoisinantes ont été bloquées pendant un moment par les forces de l’ordre.

Le 7 janvier dernier déjà, l’édifice, situé du côté de la station de métro Quatre-Septembre, avait reçu la « visite » de grévistes de la SNCF et de la RATP.

BlackRock est en effet également depuis plusieurs semaines la « bête noire » des opposants à la réforme des retraites, qui la voient comme un bénéficiaire du plan du gouvernement, et une organisation poussant à l’instauration d’un régime par capitalisation.

Lire la suite

Mouvements sociaux

Greenpeace : huit activistes du climat en garde à vue à Nice

« Cette mise en garde à vue est inacceptable et scandaleuse »

Publié

le

Rédigé par

DR

MOUVEMENTS SOCIAUX — Des militants de l’ONG Greenpeace ont été interpellés tôt ce lundi 20 janvier « en flagrant délit de dégradations », selon le parquet de Nice.

Ces huit activistes ont été placés en garde à vue, d’après l’association elle-même sur les réseaux sociaux, pour des « dégradations avec des bombes de peinture sur divers supports », selon le parquet de Nice.

LIRE AUSSI… Greenpeace critique la pollution de l’air à Nice, Christian Estrosi tacle « une organisation engagée politiquement »

Ces militants ont été interpellés alors qu’ils taguaient, dans les rues de Nice, des slogans dénonçant la pollution de l’air.

L’ONG se défend en affirmant que « le matériel utilisé est totalement biodégradable puisqu’il s’agit d’une colle écologique et de peinture à la craie. »

« Cette mise en garde à vue est inacceptable et scandaleuse, a réagi ce lundi Sarah Fayolle, chargée de campagne transport pour Greenpeace France, citée par Nice-Matin. Elle symbolise une hostilité et des méthodes d’intimidation grandissantes envers les militants, particulièrement visibles à Nice ces dernières semaines. Des militants non-violents doivent pouvoir sensibiliser les citoyennes et citoyens et interpeller librement des candidats aux élections sur des sujets aussi primordiaux que la pollution de l’air, sans risquer d’arrestation ni de condamnation. Ils font, bénévolement et sur leur temps libre, un travail précieux d’intérêt général. Ils devraient être félicités et non arrêtés pour cela. »

LIRE AUSSI… Pollution de l’air : Nice et Marseille pires villes de France, selon Greenpeace

Le 6 janvier dernier, plusieurs militants avaient déjà mené dans les rues de la capitale azuréenne une action symbolique en inscrivant sur la vitrine de la permanence de l’association « Les amis du maire » ainsi que du mobilier urbain des slogans de l’ONG : « Ville polluée », « Stop diesel », « On veut respirer » ou encore « De l’air! ».

Christian Estrosi avait annoncé dans un premier temps qu’il comptait porter plainte, avant de finalement décider de privilégier le dialogue : « ma porte est ouverte. Si on a quelque chose à dire, il vaut mieux venir parler, c’est tellement plus simple. »

Lire la suite

France

Retraites : les syndicats déterminés, « pas de trêve jusqu’au retrait ! »

Alors que le mouvement de grève se poursuit en France et que plus de 650.000 personnes ont manifesté hier, mardi 17 décembre, dans tout l’Hexagone, les syndicats ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.

Publié

le

Rédigé par

Le prochain appel à la grève est prévu "le 19 décembre". Le communiqué intersyndical est conclu de la façon suivante : "Sans réponses du gouvernement dans les heures qui viennent, elles décideront des suites nécessaires, au-delà du mois de décembre."  - Illustration, manifestation à Lille le 5 décembre 2019, Photo : Rémi-Ange Couzinet

MOUVEMENTS SOCIAUX — Comment la France va-t-elle se sortir de l’impasse ? La réforme des retraites est sur toutes les lèvres depuis le 5 décembre dernier (et des semaines avant déjà).

Depuis ce jour, très peu de trains circulent dans le pays. Le patron de la SNCF, Jean Pierre Farandou a demandé aux grévistes « de faire une pause pour les fêtes ». Voeu pieux. Une demande vite refusée par plusieurs syndicats de cheminots.

Ils ne sont pas les seuls à manifester : les fonctionnaires, les avocats, entre autres, continuent à montrer leur colère face au gouvernement dans les rues. Ils étaient environ 650.000 hier mardi en France. Suite à cela, un communiqué intersyndical a été publié. Il est signé par la CGT, FO, FSU, Solidaires mais aussi par l’UNEP, MNL, FIDL et UNL.

« Retrait total du projet, sans délai »

Leur lettre est simple, courte, mais précise. Les syndicats sont déjà fiers du « nouveau temps fort impressionnant tant par la mobilisation que par la grève » qu’ils ont vécu dans les rues ce mardi. Selon eux, « plus de 260 cortèges » se sont rassemblés dans tout l’Hexagone.

Ils parlent « d’un rejet massif du projet de retraite à points » tout en demandant « le retrait total du projet, sans délai ».

Une façon de remettre la pression sur le gouvernement avant d’en remettre encore une couche : « sans annonce du retrait, il n’y aura pas de trêve ». 

Le prochain appel à la grève est prévu « le 19 décembre ». Le communiqué intersyndical est conclu de la façon suivante : « Sans réponses du gouvernement dans les heures qui viennent, elles décideront des suites nécessaires, au-delà du mois de décembre. » 

Un nouveau signal fort envoyé au gouvernement et à Emmanuel Macron.

Lire la suite

🔥 C’est populaire