Restons en contact !

Municipales 2020

Municipales : le Rassemblement national bien placé pour conquérir (au moins) 9 villes du Sud

137 villes pourraient être conquises par l’extrême droite

Publié

le

Photo : Jérémy Günther

MUNICIPALES 2020 — Le RN va-t-il conquérir les communes de Grasse et de la Seyne-sur-Mer? C’est en tout cas ce qu’atteste le Journal du dimanche (lien abonnés) dans un papier paru ce dimanche 26 janvier.

S’appuyant sur les projections des résultats des municipales de 2014, des régionales de 2015 et de la dernière présidentielle, la République en Marche se livre à une estimation du nombre de villes que le Rassemblement national pourrait prendre lors des municipales du 22 mars prochain.

À LIRE AUSSI… Nice : Philippe Vardon (RN) compte sur l’insécurité pour faire « tomber le système Estrosi »

137 communes de plus de 10.000 habitants sont concernées mais ce sont surtout 11 villes de plus de 50.000 habitants qui suscitent le débat dans la Macronie.

Cette prise de pouvoir potentielle concerne essentiellement la Région Sud PACA.

En dehors du 7ème secteur de Marseille, de Fréjus et de Béziers que l’extrême droite a déjà en sa possession, le parti de Marine Le Pen serait en mesure de remporter neuf villes dans le sud de la France: Grasse, Cannes, Antibes, Arles, Hyères, La Seyne-sur-Mer, Avignon, Toulon —déjà dirigée par le Front National de 1995 à 2001— et Perpignan.

La stratégie de l’extrême droite inquiète la majorité

Stanislas Guerini, délégué général de LREM, affirme : « On va être très clairs. Les partis politiques ont fragilisé le front républicain : nous, on fera à chaque fois le choix le plus favorable pour battre le RN. »

Les marcheurs laissent aujourd’hui entendre qu’ils s’engagent à retirer leurs listes en faveur du mieux placé pour battre les frontistes au second tour.

De mauvais résultats pour LREM en prévision?

Les élections municipales approchent à grand pas et La République En Marche s’attend à de mauvais résultats… Hier, Emmanuel Macron a reçu le candidat LREM Cédric Villani à l’Elysée, et l’a incité à se rapprocher de Benjamin Griveaux pour les municipales 2020 à Paris. Les deux candidats LREM sont actuellement distancés dans les sondages par Anne Hidalgo (gauche plurielle) et Rachida Dati (LR).

Plus inquiétant encore pour l’exécutif : à Strasbourg, l’écologiste Jeanne Barseghian devancerait le candidat LREM Alain Fontanel de deux points au premier tour selon un sondage Ifop-Fiducial sorti jeudi dernier.

Municipales 2020

Municipales : À Rennes, le chat candidat de la France insoumise (LFI)

La liste de la gauche radicale veut ainsi montrer son engagement pour la cause animale

Publié

le

Rédigé par

Photo : Pacto Visual

SOCIÉTÉ — La France insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 24 février son intention de faire figurer un chat sur sa liste municipale « Rennes en commun. »

Félix Boullanger, le co-directeur de campagne, a expliqué à l’AFP que la liste souhaitait « mettre en avant un sujet peu présent dans cette campagne municipale : la condition animale ».


À LIRE AUSSI…. Municipales : les grands défis des prochains maires

À LIRE AUSSI… Municipales : Les maires toujours plus dans le coeur des Français


L’animal, prénommé Rec, sera placé 68e, une position non-éligible.

Pour éviter une invalidation par la préfecture, un homme prêtera son nom au chat : « C’est une candidature symbolique, comme ça se fait souvent. Même si on fait 99,9% aux municipales, il ne sera pas élu. »

Sollicitée par l’association de défense des animaux L214, « Rennes en commun » s’est engagée notamment à créer « une délégation à la protection animale », « augmenter la part de protéines végétales dans les menus dans la restauration collective », soutenir « une interdiction nationale des cirques détenant des animaux sauvages » ou encore « soutenir une politique de stérilisation des chats errants ».

Lire la suite

Municipales 2020

Municipales à Nice. « Viva! » et « Nice au coeur »: défendre le même projet et perdre ensemble?

Les deux listes, à quelques sensibilités près, portent le même programme pour conquérir la mairie de Nice… mais l’une contre l’autre. Au risque de perdre ensemble et de voir la gauche disparaître totalement du conseil municipal

Publié

le

Rédigé par

© Rivieractu

MUNICIPALES 2020 — C’est très clairement une salade niçoise qui risque de laisser un goût amer aux électeurs de gauche le 15 mars prochain. De vieilles rancoeurs, des querelles d’égos, des intrigues de palais ont fait échouer l’espoir d’une union. Si bien qu’à une vingtaine de jours du premier tour, les deux listes de gauche courent, d’après les sondages, vers une défaite certaine… en présentant l’une contre l’autre le même programme municipal !

À LIRE AUSSI… Municipales 2020 : À Nice, la gauche sur l’autoroute du fiasco?

Sur chaque thème, les développements détaillés des deux formations peuvent différer. Mais sur les grandes lignes, la colonne vertébrale idéologique du projet et la vision de la ville, c’est blanc bonnet et bonnet blanc…

Concernant les écoles de la capitale azuréenne, « Viva! » et « Nice au Coeur » font le même constat : leur état ne serait plus à la hauteur. La première liste veut « un audit et des rénovations urgentes », la seconde dénonce « une catastrophe » et veut en faire « le chantier du siècle. »

À LIRE AUSSI… Environnement : Patrick Allemand (PS) veut « lancer le chantier du siècle : la rénovation des écoles niçoises »

Toujours au rayon des grands travaux, les deux listes se sont prononcées contre l’extension de l’aéroport. « Viva! » a lancé une pétition, Patrick Allemand est parti déposer un dire à la mairie.

Elles sont également toutes deux opposées au projet de démolition du TNN et du palais Acropolis proposée par Christian Estrosi.


À LIRE AUSSI… Patrick Allemand présente sa liste citoyenne et socialiste pour « aller chercher les votes avec les dents »

À LIRE AUSSI… EN IMAGES. Municipales à Nice : les 7 phrases fortes à retenir du grand débat des candidats


Elles se sont engagées à respecter le seuil de 25% de logements sociaux en ville, limite légale que ne respecte pas Nice actuellement.

Comme le souligne Le Mondeles listes de gauche sont d’ailleurs les seules à proposer un réel plan logement, dans une ville où le problème se pose encore plus qu’à Paris.

Sur les transports, « Viva! » veut qu’ils soient gratuits pour tous, « NAC » uniquement pour les moins de 25 ans. Les deux proposent notamment d’augmenter la taxe de séjour pour financer la mesure. Elles proposent aussi un plan vélo… et ont carrément utilisé le même terme, « vélorution. »

À LIRE AUSSI… DÉCRYPTAGE. Transports gratuits pour tous, on fait comment?

Les deux listes ont édité une charte éthique pour leurs futurs élus (s’il y en a, du coup).

À LIRE AUSSI… Plus blancs que blancs? Les candidats niçois lancés dans la course aux plus « éthiques »

Concernant les sujets de société, « Viva! » et « Nice au Coeur » se sont engagées contre les LGBTphobies dans la foulée de la publication de notre enquête, proposant, notamment, plus de prévention dans les écoles et dans la police municipale.

Concernant la démocratie, le choix de « Viva! » de recourir au tirage au sort pour la constitution de sa liste a été raillé par Patrick Allemand, qui y a vu « un manque de sérieux. » La liste propose également le droit de vote pour les étrangers résidents.

Les deux listes veulent en finir avec la « politique sécuritaire » de la municipalité sortante, en mobilisant plus de moyens pour la prévention, et moins pour la vidéo-surveillance et les effectifs de la police municipale.

De 17 à 7%

D’après un dernier sondage, commandé par nos confrères de La Tribune, les deux listes se placeraient ex-aequo au premier tour, à environ 7% des voix. Insuffisant pour se qualifier au second tour. En octobre, un rassemblement de la gauche plurielle était crédité de 17% des voix.

Cruelle retrospective.

À LIRE AUSSI… Municipales à Nice: On fait le point sur les derniers sondages candidat par candidat

Lire la suite

Municipales 2020

Municipales à Nice: Patrick Allemand présente sa liste citoyenne et socialiste pour « aller chercher les votes avec les dents »

Le chef de file de « Nice au Coeur » se lance avec 25 candidats du PS, un de LREM, et 43 de la société civile

Publié

le

Rédigé par

Photo C.A. pour Rivieractu

MUNICIPALES 2020 — Il était venu avec son plus beau sourire. La forme, Patrick Allemand. Lui à qui on a souvent reproché une certaine froideur claquait les bises, distribuait les accolades, échangeait quelques paroles complices avec les uns et les autres : il était parmi les siens hier soir, dans une splendide salle de l’hôtel Westminster, pour présenter la liste de « Nice au Coeur ».

À LIRE AUSSI… Patrick Allemand (PS) en ordre de bataille contre la pauvreté

« C’est un rassemblement citoyen, avec une belle cohérence. Nous ne sommes pas un assemblage de sigles politiques » a-t-il prévenu d’entrée de jeu.

Dans le détail : 25 candidats sont issus du Parti socialiste, un seul de la République en Marche (LREM) — Georges-Claude Trova, le président du comité de quartier de l’Ariane —, deux sont passés par le PCF, et tout le reste de la liste, 69 candidats, sont issus de la société civile.

Pour beaucoup, il s’agit de leurs premiers pas en politique.

À LIRE AUSSI… Municipales à Nice: On fait le point sur les derniers sondages candidat par candidat

Photo C.A. pour Rivieractu

Tacle assumé à la concurrente « Viva! » (autour de 7% dans un dernier sondage, comme « Nice au Coeur ») : « La constitution d’une liste, c’est sérieux. Trop sérieux pour tirer les gens au sort. Cela montre bien l’importance que certains placent en cette élection… »

« Figures de la gauche niçoise »

Avant d’expliquer : « Nos candidats ne doivent rien au hasard, ils ont des parcours, des combats à faire valoir. Regardez Joseph Ciccolini, par exemple. Un avocat, connu pour sa défense des migrants et son opposition aux arrêtés anti-mendicité de Jacques Médecin ! Ce n’est pas rien ! Les figures de la gauche niçoise, elles sont chez nous » a-t-il tenu à souligner, sous les applaudissements.


À LIRE AUSSI… Municipales à Nice : un « non-débat » trop pédago

À LIRE AUSSI… EN IMAGES. Municipales à Nice : les 7 phrases fortes à retenir du grand débat


« Nous venons des syndicats (9 représentants, NDLR), des quartiers, nous sommes au coeur de la vie associative » a poursuivi Patrick Allemand.

« La cohérence, c’est aussi d’avoir parmi nous 14 candidats de la ‘diversité’. Mais ce n’est pas ‘je mets un Black ici, un maghrébin là s’il reste un poste… la diversité de façade n’a pas sa place ici » a-t-il développé.

« Ce choix montre le vrai visage de notre cité : Nice est une vraie ville-monde. C’est pour cela que, ce soir, je ne vois que des Niçois dans la salle. »

Photo C.A. pour Rivieractu

Parmi les 69 noms de la liste, on retrouve ainsi plusieurs bénévoles associatifs, des commerçants, des syndicalistes, plusieurs profs et chefs d’établissement, Karim Oubaali, le fondateur de la start-up Opus, Ahmed Bakkali, très impliqué dans la vie de quartier à l’Ariane, des éducateurs des quartiers populaires les Moulins et Bon Voyage, des avocats…

Nouvelle numéro 2

Au côté de Patrick Allemand sur l’estrade, sa nouvelle numéro 2 : Françoise Assus-Juttner. Radieuse, l’avocate venue apporter sa gouaille et son sens reconnu de l’engagement semblait (déjà) à l’aise comme un poisson dans l’eau dans ce petit raout politique.

Que sait-on de ses engagements? En 2015, elle s’était prononcée contre la GPA (gestation pour autrui), qu’elle voit comme « une violence faites aux femmes », dans une tribune. Deux ans plus tard, elle en avait co-signée une autre pour appeler à voter Emmanuel Macron dans l’entre-deux-tours de la présidentielle. Me Assus-Juttner est également responsable de l’antenne azuréenne de l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT).

Se battre contre l’abstention monstre à Nice

La (très) longue présentation de la liste s’achève. Patrick Allemand se fait plus grave : « Il y a quelques jours, Xavier Garcia (patron du PS local et numéro 3 de la liste, NDLR) disait que ‘nous allions chercher tous les votes avec les dents’ : il a tout à fait raison. »

« Rappelez vous qu’en 2014, la moitié du corps électoral n’avait pas voté. C’est un vrai défi » a-t-il lancé à l’adresse de ses supporters. « Vous serez les ambassadeurs de notre programme. Nous sommes en ordre de bataille dans cette dernière ligne droite. »

Prochain rendez-vous pour Nice au Coeur? Le 7 mars (15h) pour un grand meeting au palais Accropolis. L’occasion de « démontrer une dynamique », quelques jours avant le premier tour.


+ DE MUNICIPALES 2020

À LIRE AUSSI… Les grands défis des prochains maires

À LIRE AUSSI… Les maires toujours plus dans le coeur des Français

À LIRE AUSSI… L’état de la circulation en ville et les travaux agacent les Français

Lire la suite

🔥 C’est populaire