Restons en contact !

Municipales 2020

Municipales à Nice. Governatori, l’erreur de casting des écolos

Le candidat des Verts voulait construire une « coulée bleue » à Nice. C’est sa campagne qui a fini par prendre l’eau

Publié

le

© Rivieractu

MUNICIPALES 2020 — « On peut se demander si votre principal atout dans cette campagne, ce n’est pas votre argent » demandait-on à Jean-Marc Governatori sur France 3 pendant le dernier débat des candidats. À peine quelques jours plus tard, à force de gaffes et de polémiques, on se dit que tout l’argent du monde aurait bien du mal à sauver sa formation Nice Écologique de la capilotade.

À LIRE AUSSI… 3 moments forts à retenir du débat des candidats sur France 3

L’annonce de M. Governatori comme tête de liste des Verts avait déjà été accueillie avec scepticisme. Le millionnaire niçois est passé à droite comme à gauche du spectre politique au fil des années. En 2012, il avait même sollicité Brigitte Bardot —aux opinions racistes et homophobes connues de tous— pour la présidentielle. Un homme de convictions, donc.

Le combat pour l’écologie de ce propriétaire de gros immeubles à Villeneuve-Loubet et Saint-Isidore n’était pas non plus une évidence. Tout juste savait-on qu’il avait eu un conflit juridique avec Europe-Écologie Les Verts (EELV) il y a quelques années pour avoir voulu déposer leur nom.

Non-campagne

Et puis la course avait commencé… enfin, sur le papier. À l’exception d’un projet de coulée bleue (construction d’un musée de la mer, piétonisation occasionnelle d’un bout de la Prom’), les écolos ont, des semaines durant, mené une campagne ectoplasmique.

La faute à un manque de militants? Depuis, Jean-Marc Governatori paie des Niçois pour qu’ils aient l’air de vouloir partager son programme (et ses tracts). Tant pis s’ils s’affichent avec Marine Le Pen quand elle est en visite en ville. Une campagne pleine de convictions, décidément.

Débat raté

Pour le premier débat en direct de Nice-Matin, pas de Governatori (pourtant présent dans le public), mais sa co-listière Juliette Chesnel-Leroux à la place. Une semaine plus tard, sur le plateau de nos confrères de France 3, on a compris les inquiétudes de Nice Écologique à laisser leur candidat en roue libre dans une émission.

Face à des concurrents sans voix, M. Governatori affirme d’entrée de jeu que Christian Estrosi a « agi avec précipitation en annulant le Carnaval de Nice« … alors que l’épidémie fait ses premiers morts en France et chez nos voisins italiens.

Plus tard dans l’émission, il ne parvient pas à répondre aux questions sur son programme en matière de sécurité, propose la construction d’un « périphérique » au lieu d’un « téléphérique » en bordure de Nice, avant de lancer l’idée d’une « potagérisation » à laquelle personne n’a rien compris et qui est vite tournée en ridicule sur les réseaux sociaux. Malaise dans l’équipe de campagne.

Marchand de sommeil?

Si le ridicule ne suffisait pas, voilà qu’un parfum de scandale s’empare de la liste écolo ce week-end. D’après une enquête de Nice-Matin, Jean-Marc Governatori aurait participé à la mise en location d’une cave insalubre à une femme habitant avec ses enfants en bas âge.

Le candidat est accusé d’avoir menacé la maman, dans une situation de grande précarité, pour qu’elle s’acquitte de son loyer. L’Agence régionale de santé (ARS) et le préfet des Alpes-Maritimes ont été saisis.

Les explications de M. Governatori (qui se faisait visiblement appeler « monsieur Lopez » pour ces activités) n’arrangent rien. Ce dernier explique avec aplomb qu’il n’a « rien à faire avec ces appartements » (même s’il reconnait en avoir signé le bail !), dont il se serait ponctuellement occupé de la gestion pour « aider » son ex-femme, qu’il décrit comme « agressive. »

Le candidat nie avoir menacé la locataire, et explique qu’elle a pu le confondre avec le frère de son ex-femme, qui lui « ressemble beaucoup ». N’en jetez plus.

Coûte que coûte, « monsieur Lopez » se maintient candidat

Dans la foulée, la liste Nice Écologique (qui a visiblement la même capacité à gérer une situation de crise qu’un enfant de 12 ans) accuse sur les réseaux sociaux Nice-Matin de « relayer des boules puantes » pour avantager Christian Estrosi, faisant un lien entre l’article et l’achat de publicité par la mairie dans les pages du quotidien. Tout en les menaçant de « poursuites judiciaires ».

Comment une liste donnée deuxième des sondages a-t-elle pu tomber si bas?

Dans une ville fortement confrontée à la pollution de l’air, à la pauvreté, à la montée des eaux et tant d’autres enjeux du développement durable, les écolos auraient pu ouvrir de sains débats pendant cette campagne et espérer un score significatif.

Englués dans cette affaire et dans l’impréparation totale de leur équipe, les Verts niçois semblent lancés droit dans le mur, à deux semaines du premier tour.

Plutôt que de chercher comment se relever, il semblerait que Nice Écologique persiste dans sa vision complotiste et cherche à savoir « qui a balancé » à Nice-Matin. 

En 2010, l’équipe de France se posait la même question au moment de l’épisode de Knysna. L’histoire se souvient que ça ne l’a pas menée très loin.

EN RAPPORT… Municipales à Nice : Le candidat écolo accusé d’avoir menacé une locataire, logée dans une cave insalubre

Rivieractu est une source certifiée Google News. Suivons-nous sur Twitter et sur Facebook

Diplômé de l'EDJ Nice, promotion Marc-Olivier Fogiel (journalisme, informations générales). Enquêtes et articles société chez Nice-Matin, Var-matin et Monaco-matin 2018-2019. Commentateur invité chez L'Obs de 2014 à 2016 (extrême droite, médias). Contact: clement@rivieractu.com

Suivons-nous !

Partenaires

Rivieractu partenariat Azur TV

🔥 C’est populaire