Restons en contact !

Municipales 2020

Municipales 2020 : À Nice, la gauche sur l’autoroute du fiasco?

Empêtrée dans des conflits d’appareil bien loin de la hauteur des enjeux, la gauche niçoise s’est fragmentée en plusieurs listes qui recueillent des résultats consternants dans un dernier sondage. Le risque d’une élimination du prochain conseil municipal est désormais plus qu’évident.

Photo : Hadrien Acaldi pour Rivieractu

Publié le

MUNICIPALES 2020 — Christian Estrosi ne pouvait pas rêver mieux ! À trois mois de l’élection, non seulement la gauche niçoise s’est divisée en plusieurs listes, mais ses leaders ont sauté dans la boue depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. De son côté, le maire sortant peut se montrer confiant, avec des enquêtes d’opinion qui le donnent gagnant dès le premier tour et un bilan salué par près de 80% des Niçois…

Règlements de comptes sur plusieurs années, accusations de trahison,… les tweets assassins fusent depuis quelques temps. Et bim, que Patrick Allemand attaque les Insoumis au sujet des propos de Mélenchon sur les Juifs (grande urgence niçoise du moment, à n’en pas douter !), et bam que le PCF lui lance qu’« après quarante ans de mandats il est temps de partir », et boom « tu n’as plus de crédibilité et de légitimé, tu as été douze ans une opposition de façade » enfonce un membre de la liste Viva!…
Affligeant spectacle de cour de récréation où tout le monde veut prendre la place du délégué de classe sans plus s’illustrer que par des anathèmes bien loin des vrais enjeux.

Le 17 octobre, à l’occasion d’un sondage commandé par nos confrères de Nice-Matin, nous soulignions qu’un rassemblement des écologistes et de la gauche permettrait d’améliorer de deux à trois points le score de la liste PS-EELV-PRG-MRC menée par Patrick Allemand en 2014 (15,25 % au premier tour).

Cette liste obtiendrait 18% dans une configuration Estrosi (LR) face à Vardon (21%) et les autres listes.

Sauf que, depuis, les écologistes sont partis faire cavalier seul. Et est arrivée Viva!, la liste des collectifs niçois (Nice à Vélo, Tous citoyens, etc) soutenue notamment par les Insoumis et les communistes.

Dans une dernière enquête d’opinion publiée par CNews, la liste PS de Patrick Allemand n’atteindrait pas les 10% nécessaires pour passer le premier tour, avec seulement 7%. Idem pour Viva!, avec 6%. (Les écolos, qui ont viré la barre à droite, seraient à 12%). Dès lors, plus besoin de parler d’un « éventuel rassemblement au second tour » si personne ne l’atteint !

L’initiative d’une pétition citoyenne pour rassembler la gauche, lancée par Patrick Allemand la semaine dernière, n’a pas soulevé les foules : 1.000 signatures en quelques jours. Pas l’électrochoc suffisant pour faire sortir ce petit monde du marasme. Il faut dire que M. Allemand a été désigné par une primaire socialiste qui n’aura mobilisé que… 79 votants. La gauche niçoise semble donc plus que jamais compliquée à mobiliser.

Renforcé par des sondages constants (17% environ), Philippe Vardon (RN) se pose comme le vrai challenger du maire sortant. Dans un entretien accordé à Rivieractu, Patrick Allemand alertait sur « les conséquences politiques catastrophiques d’une opposition municipale seulement incarnée par l’extrême-droite »: « il n’y aurait plus personne pour parler de ceux qui ont besoin qu’on s’occupe d’eux ».

Quelques semaines plus tard, il semble évident que ceux qui alertaient sur cette « menace imminente » ont pas mal de chances de finalement lui ouvrir grand la porte.

Rivieractu est une source certifiée Google News. Suivons-nous sur Twitter et sur Facebook

Diplômé de l'EDJ Nice, promotion Marc-Olivier Fogiel (journalisme, informations générales). Enquêtes et articles société chez Nice-Matin, Var-matin et Monaco-matin 2018-2019. Commentateur invité chez L'Obs de 2014 à 2016 (extrême droite, médias). Contact: clement@rivieractu.com

Publicité
Commentez cette news

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Municipales 2020

Municipales : vers un « deuxième premier tour »?

Les Sages ouvrent la porte à un report des deux tours de l’élection dans les communes qui n’ont pas déjà choisi leur maire le 15 mars dernier

Publié

le

Rédigé par

Municipales élections vote
Photo : Joakim Honkasalo

Dans les communes où un maire n’a pas été élu dès le 15 mars dernier, faudra-t-il rejouer les deux tours de scrutin de l’élection? C’est l’option évoquée par le Conseil d’Etat, chargé de donner son avis sur le projet de loi d’urgence porté par le gouvernement pour faire face à l’épidémie de coronavirus.

EN RAPPORT… Revivez le premier tour des élections municipales dans les Alpes-Maritimes avec Rivieractu et Azur TV

Le texte, présenté au Conseil des ministres du 18 mars 2020 par le Premier ministre Édouard Philippe, contient une série de « mesures exceptionnelles », dont certaines concernent les modalités d’organisation du second tour des élections municipales.



Le même jour, le Conseil d’Etat a rendu son avis sur ce projet de loi.

Il faudra « reprendre l’ensemble des opérations électorales »

« Le Conseil d’Etat constate, en premier lieu, que le report du second tour des élections municipales prévu le 22 mars 2020 est justifié par les circonstances exceptionnelles nées de la propagation du virus Covid-19 » soulignent les Sages, tout en estimant « qu’une mesure de suspension et de report d’un deuxième tour de scrutin n’est admissible que dans des cas exceptionnels, […] dans un délai raisonnable. »

Dans le document, on apprend que le Conseil estime que si la crise persiste d’ici à la fin du mois de mai, rendant impossible l’organisation du deuxième tour avant l’été (juin), « il appartiendra aux pouvoirs publics de reprendre l’ensemble des opérations électorales dans les communes où les conseils municipaux sont incomplets. »

L’institution juge « le délai de report du second tour (fin juin) proportionné et justifié, à titre exceptionnel. »

Le Conseil d’Etat ouvre explicitement la porte à un report des deux tours de scrutins dans le cas où le second tour ne pourrait avoir lieu fin juin dans les communes concernées.

Source : Rapport du Conseil d’État

Lire la suite

Municipales 2020

Revivez le premier tour des élections municipales dans les Alpes-Maritimes avec Rivieractu et Azur TV

Toute la soirée, en partenariat avec Azur TV, Rivieractu vous fait vivre le premier tour des élections municipales. Dans un contexte d’épidémie de coronavirus covid-19, l’abstention bat des records dans de nombreuses villes

Publié

le

Rédigé par

EN BREF – Les Français étaient appelés aux urnes ce dimanche 15 mars pour le premier tour des élections municipales, dans un contexte de crise sanitaire mondiale avec la pandémie du nouveau coronavirus Covid-19.

Le scrutin a été maintenu malgré des doutes jusqu’à la dernière minute, dans un contexte d’inquiétude croissante de la population et le risque d’une abstention très forte. La campagne s’est achevée dans l’indifférence ce vendredi soir laissant les différents candidats dans la plus grande incertitude.


23h30 : LE CANNET – La commune enregistre un taux record d’abstention avec 68,75%. Michèle Tabarot (maire sortant-LR) récolte 60,37% des voix et se place largement en tête de ce premier tour. La liste RN représentée par Franck Galbert se place en deuxième position avec 14,82% des voix. Mike Castro de Maria (LREM) pointe à 12,88%, suivi de près par Chantal Chasseriaud (PS) à 11,94%.


23h00 : LA TRINITÉ – En tête, Ladislas Polski (Ensemble Tout Simplement) avec 59,56%. Loin derrière, Isabelle Martello (LR) arrive à 23,51 % et Philippe Carlin (RN) à 16,93%.


22h35 : Les résultats à Nice :

Liste Christian ESTROSI: 47,63%

Liste Philippe VARDON: 16,70%

Liste Jean Marc GOVERNATORI: 11,3%

Liste Mireille DAMIANO: 8,91%

Liste Benoit KANDEL: 7,31%

Liste Patrick ALLEMAND: 6,57 %

Liste UPR: 0,92%

Liste Lutte ouvrière: 0,66%


22h30 : CANNES – David Lisnard (LR) est réélu avec 88% des voix.


22h20 : >> Renaud Muselier, le président de la Région Sud PACA, demande le report du second tour
« C’est une question de bon sens, explique-t-il dans un communiqué. Il ne faut pas ajouter à la crise sanitaire une crise politique ».

>> Réaction de Philippe Vardon (RN, Nice) : « Dans une soirée électorale qui se déroule dans des conditions particulièrement difficiles, et où l’on voit une énorme tendance à la prime au sortant un peu partout en France, Estrosi est un des rares à ne pas être réélu dès le premier tour. Et ce malgré les sondages qui lui étaient très favorables. Peut-être que ce fait l’amènera à un peu plus d’humilité dont il a manqué jusque-là et pendant la campagne. Notre deuxième place nous situe comme ses principaux adversaires. Pour ce qui va être décidé pour le deuxième tour, reste à savoir si et dans quelles conditions il peut être organisé. C’est très prématuré pour le dire. Je constate que nos réserves de voix se situent évidemment dans l’abstention mais aussi auprès, peut-être, des électeurs de M. Kandel, opposés comme nous à la politique de Christian Estrosi, mais aussi de l’UPR. »



21h45 : SAINT-LAURENT-DU-VAR – Le maire sortant Joseph Segura (LR) réélu avec 54,57% des voix. Le candidat du Rassemblement National Bryan Masson arrive loin derrière avec 13,67%.


🔴 21h30 : D’après nos premières informations, alors que le dépouillement n’est pas terminé : Christian Estrosi (LR et centristes) serait en tête, Philippe Vardon (RN) deuxième autour de 13%, Jean-Marc Governatori (Divers écolos) autour de 12%, Mireille Damiano (DVG) aux environs de la barre des 10%, Patrick Allemand (PS) serait très bas, autour de 5%.


21h15 : ANTIBES – Jean Leonetti (LR) est en tête avec 53,83%. Tanguy Cornec (RN) pointe à 14%, François Zema (REM) récolte 11,48% des voix.


21h00 : VILLENEUVE-LOUBET – Avec un taux d’abstention de 59,40%, Lionnel Luca (LR) arrive largement en tête avec 88,50%. Face à lui, Jean-Pierre Vincendet (LREM) est à 11,50%.


20h50 : CAP D’AIL – Plus de 50% d’abstention sur la commune. Xavier Beck (LR) arrive en tête avec 67,49%. Romain Pommeret (SE) pointe à 32,51 %.


20h30 : BIOT – Avec un taux d’abstention de 49,03%, Jean-Pierre Dermit (LR) est en tête avec 52,98%. Sophie Deschaintres (SE) pointe à 16,71%. Guilaine Debras  (sortant – SE) arrive à 30,40%.


20h15 : Seulement 28,6% de participation à Nice au terme de ce premier tour.


20h00 : Les chiffres commencent à tomber. À FRÉJUS, David Rachline (RN) réélu dès le premier tour.


19h00 : La participation à Nice à seulement 28,1%, soit 60.460 votants.


17h00 : À 17h, le taux de participation dans le département des Alpes-Maritimes est de 29,50%. À Nice, la participation n’atteint que 25,2%.

Lors du premier tour des élections municipales de 2014, il s’élevait à 62,77%.


MI-JOURNÉE — À midi, le taux de participation pour le premier tour des municipales est de 18,68% soit une baisse de près de 5 points par rapport à 2014, 23,17%, (23% en 2008).

Il s’élève à seulement 13,87% dans les Alpes-Maritimes, contre 24,58% à la même heure lors du premier tour en 2014.

Lire la suite

Municipales 2020

Municipales : 18,38% de participation à midi, en net repli par rapport à 2014

Une élection placée sous une haute vigilance sanitaire, alors que la France est passée en stade 3 de l’épidémie de Covid-19

Publié

le

Rédigé par

© Rivieractu

MUNICIPALES 2020 — À midi, le taux de participation pour le premier tour des municipales est de 18,68% soit une baisse de près de 5 points par rapport à 2014, 23,17%, (23% en 2008).

Il s’élève à seulement 13,87% dans les Alpes-Maritimes, contre 24,58% à la même heure lors du premier tour en 2014.



Les Français se rendent aux urnes ce dimanche pour élire leurs 35.000 maires, à l’issue d’une campagne éclipsée depuis plusieurs jours par l’épidémie de coronavirus.

Jusque dans la nuit de samedi à dimanche, les appels se sont multipliés pour un report du premier tour, que venait pourtant de confirmer le Premier ministre Edouard Philippe.

À LIRE AUSSI… Coronavirus covid-19 : Les bons conseils pour voter serein

À LIRE AUSSI… Covid-19 : Par sécurité, le président de la Région Sud PACA a demandé l’annulation des élections

Lire la suite

🔥 C’est populaire