Restons en contact !

Economie

MEDEF Sud: Le syndicat des patrons veut « peser dans le débat public »

Publié

le

MEDEF Sud: Le syndicats des patrons veut "peser dans débat public"
Yvon Grosso, président du MEDEF Sud / Capture écran

Le nouveau président du syndicat patronal dans la région veut que la voix des entrepreneurs soit davantage entendue, notamment sur les « enjeux sociétaux et environnementaux ».

« De manière générale, le MEDEF Sud doit peser dans le débat public ». Yvon Grosso, le nouveau porte-voix des patrons de la région veut plus d’engagement.

Cette implication devrait être visible « à l’occasion des élections régionales de 2021 », comme ce que font déjà les MEDEF (Mouvement des entreprises de France) territoriaux en vue des élections municipales de mars prochain, a-t-il développé dans une interview accordée à La Tribune.

« L’Upe06, par exemple, a lancé une plateforme en ligne avec la CCI Nice Côte d’Azur pour inciter les candidats aux municipales à prendre des engagements en faveur des entreprises ».

« Alerter les décideurs publics »

À partir des remontées des adhérents au MEDEF Sud, Yvon Grosso a proposé à son Conseil d’administration une « gouvernance collégiale » centrée sur 3 pôles : l’économie, le social et les « nouveaux enjeux ».

Les neuf commissions qui composent ces différents pôles « auront à leur tête des experts capables d’identifier les difficultés et attentes des entreprises et de proposer les solutions idoines pour y remédier. Concrètement, il s’agira d’organiser des tables rondes, de produire des études et préconisations et d’alerter les décideurs publics » a-t-il ainsi expliqué.

Les entreprises doivent « ouvrir le dialogue avec les ONG »

« Nos concitoyens attendent de leurs entreprises qu’elles s’engagent au-delà de leurs propres intérêts en prenant mieux en compte les enjeux environnementaux et sociétaux » a-t-il poursuivi. (…) « Le MEDEF encourage les entreprises à prendre cette voix et montre l’exemple en ouvrant le dialogue avec les ONG et en arborant sa raison d’être, agir ensemble pour une croissance responsable« .

Pour le nouveau patron du syndicat, il ne s’agit pas d’un « slogan », mais de « l’illustration de (la volonté des entreprises) à participer à la vie de la Cité, comme (elles l’avaient) fait, par exemple, à l’occasion du Grand débat national où le MEDEF Sud avait tenu des positions fortes ».

Rivieractu est une source certifiée Google News. Suivons-nous sur Twitter et sur Facebook

Notre sujet, c'est vous. Mordant et malicieux, passionné mais pas naïf, engagé mais pas militant : Rivieractu est un magazine de société sur la Côte d'Azur.

Publicité
Commentez cette news

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Éco : une solide croissance attendue en 2020 pour la Provence-Alpes-Côte d’Azur

« 2020 sera marquée par une amélioration avec une forte croissance »

Publié

le

Rédigé par

Photo : Chris Liverani

ÉCONOMIE — Les chefs d’entreprises de PACA sont optimistes! Après une année revue à la baisse et enregistrant une croissance plutôt faible, le secteur des services, majeur dans notre région, devrait connaître « une forte hausse » d’après les informations de La Tribune.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, 1.500 chefs d’entreprises ont été questionnés sur leurs résultats en 2019. Une année marquée par l’affrontement commercial entre les Etats-Unis de Donald Trump et la Chine, notamment, qui a impacté les exportations.

Le secteur des services, moteur de l’économie locale, a connu une croissance de 2,8% — c’est deux points de moins qu’en 2018.

L’industrie est restée stable alors que la construction performe, avec une hausse de 5,1%.

« 2020 sera marquée par une amélioration avec une forte croissance » assure encore le magazine économique, alors que le Fonds monétaire international (FMI) place tous les voyants au vert.

La hausse du chiffre d’affaires de l’industrie devrait atteindre les 2,9% de hausse, les investissements 8,5% et l’emploi 1,1%.

Dans les services, les augmentations avoisineront les 5,2%.

Lire la suite

Economie

Le chômage n’a jamais autant baissé sur un an que depuis 2007

Bruno Le Maire s’est félicité lundi matin d’un « taux de chômage qui va être un des plus faibles des 15 dernières années », fruit selon lui de la « politique économique » menée par le gouvernement

Publié

le

Rédigé par

DR

ÉCONOMIE — Le chômage continue de baisser.

En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans aucune activité) baisse de 1,7% (–55.700 personnes) lors du dernier trimestre de l’année 2019, selon les chiffres publiés par Pôle emploi et la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) ce lundi 27 janvier.

Sur l’année passée, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A recule de 3,1%.

Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C) s’établit à 5.442.900, selon les chiffres officiels.

3.308.800 personnes sont sans emploi (catégorie A) et 2.134.000 exercent une activité réduite (B, C).

Si on prend en compte la France métropolitaine et les territoires d’Outre-mer (hors Mayotte), la tendance est la même : le nombre de demandeurs diminue de 1,7% sur le trimestre (–3,3% sur un an).

La Dares relève que « la diminution du nombre de demandeurs d’emploi est très forte chez les moins de 25 ans et plus modérée chez les 50 ans et plus ».

Avant même la publication de ces chiffres, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s’est félicité, lundi matin sur franceinfo, d’un « taux de chômage qui va être un des plus faibles des 15 dernières années ».

Il faut remonter à 2007 pour une baisse plus forte sur une année civile de janvier à décembre. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A avait diminué de 10,6%.

Pour le premier semestre 2020, l’Insee prévoit une progression moins forte des créations d’emploi. Le taux de chômage diminuerait à 8,2% mi-2020, son plus bas niveau depuis la fin 2008.

Emmanuel Macron avait fixé l’objectif d’arriver à 7% à la fin de son quinquennat

Lire la suite

Economie

Le fossé se creuse encore entre les plus riches et les plus pauvres, d’après l’ONU (rapport)

630 millions de travailleurs dans le monde vivent dans une pauvreté extrême ou modérée

Publié

le

Rédigé par

Photo : Evangeline Shaw / Unsplash

ÉCONOMIE Le nouveau rapport de l’ONU « Situation et perspectives de l’économie mondiale«  dresse un bilan plutôt préoccupant. Près d’un demi-milliard de personnes dans le monde ont du mal à trouver un travail suffisamment rémunéré pour pouvoir vivre correctement, creusant un fossé d’autant plus grand entre les plus riches et les plus pauvres.

Alors que les dirigeants mondiaux s’envolent vers la station de ski suisses de Davos, l’Organisation internationale du Travail (OIT) des Nations Unies souligne que plus de 473 millions de personnes dans le monde n’avaient pas un travail qui leur permettaient de répondre à leurs besoins.

À LIRE AUSSI… La richesse des 10 plus grandes fortunes mondiales a presque triplé en à peine 10 ans

L’agence des Nations Unies rapporte également que le chômage mondial devrait augmenter pour la première fois depuis dix ans, car le ralentissement de la croissance économique mondial, entraîne une augmentation du nombre de personnes sans emploi d’environ 2,5 millions pour se maintenir à plus de 190 millions.

Sur une population en âge de travailler de 5,7 milliards de personnes à travers le monde, jusqu’à 165 millions de personnes sont employées mais elles restent incapables de trouver du travail avec un nombre suffisant d’heures.

119 millions de personnes supplémentaires avaient soit renoncé à chercher activement du travail ou n’avaient tout simplement pas accès au marché du travail en raison de leur situation personnelle. Sans compter ceux qui sont actuellement sans activité professionnelle.

Appelant à des efforts urgents pour garantir que tous les types de travail soient également de qualité décente, Guy Ryder, directeur général du BIT (Bureau International du Travail), a déclaré :

« Pour des millions de gens ordinaires, il est de plus en plus difficile de vivre mieux par le travail, Les inégalités et l’exclusion persistantes et substantielles liées à leur emploi les empêchent de trouver un travail décent et un avenir meilleur. C’est une conclusion extrêmement grave qui a des implications profondes et inquiétantes pour la cohésion sociale. »

« Ces risques pourraient compromettre gravement et durablement les perspectives de développement »

Dans une évaluation rigoureuse des risques de sous-emploi, l’OIT a déclaré que le manque d’emplois productifs et bien rémunérés signifiait que plus de 630 millions de travailleurs dans le monde vivent dans une pauvreté extrême ou modérée avec des revenus inférieurs à 3,20 $ (2,89 €) par jour.

Malgré une tendance progressive à réduire les niveaux de pauvreté dans le monde, ces personnes manquaient de revenus suffisants pour échapper à la misère. 

António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, a prévenu que « ces risques pourraient compromettre gravement et durablement les perspectives de développement ».

Ils menacent également de favoriser « la prolifération des politiques de repli, à un moment où la coopération mondiale s’avère primordiale ».

Lire la suite

🔥 C’est populaire