Restons en contact !

5-décembre

Grève du 5 décembre: faut-il s’attendre à une « journée noire » à Nice?

À peu près toutes les organisations syndicales et de jeunesse appellent à la grève jeudi 5 décembre pour faire tomber la réforme des retraites. Plusieurs millions de salariés, du public comme du privé, sont encouragés à cesser le travail et à manifester. On fait le point sur ce à quoi on peut s’attendre à Nice.

Publié

le

Photo : Philippe Gillotte

MOUVEMENTS SOCIAUX — La manifestation partira à 10 heures de la place Masséna. Pour filer ensuite sur Felix-Faure, la Prom’, les Phocéens, Jean-Jaurès, Garibaldi et un final à la Tête carrée.

Auprès de Nice-Matin, Gérard Ré, numéro un de la CGT 06, prédit « une très forte mobilisation. Une participation à un haut niveau plus vu depuis longtemps.»

Le mouvement a été lancé à l’appel de la CGT, de FO, de la FSU, de Solidaires, de la CFE-CGC, ainsi que de l’UNL et quelques fédérations de l’Unsa (la CFTC laisse « libre choix » à ses adhérents). La CFDT, s’affichant plus modérée, n’a pas souhaité s’y joindre.

La moitié des Français soutiendrait la grève

Selon la FSU, « plus de la moitié des collèges sera en grève » et il faut s’attendre à un «mouvement très puissant.»

Sans surprise, à la SNCF, le trafic sera particulièrement perturbé. La circulation routière à Nice, déjà compliquée par les travaux, devrait être très difficile jeudi.

D’après un sondage de l’institut YouGov la moitié (48%) des Français soutiendrait la grève. 38% s’y opposent, preuve d’une fracture sociale bien présente.

Les autres perturbations possibles à Nice

POLICE/JUSTICE. Deux syndicats de police, Alliance et UNSA, appellent les agents à l’action jeudi de 10 h à 15 h. Parmi ce qui est proposé, la fermeture symbolique de commissariats. De son côté, le Conseil national des barreaux a voté une journée « justice morte ». Le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France appellent à la grève.

HÔPITAUX. En dépit de l’annonce récente du plan de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, les syndicats CGT, FO et Sud et le collectif Inter-Urgences appellent eux, aussi, à l’arrêt du travail le 5.

Notre sujet, c'est vous. Mordant et malicieux, passionné mais pas naïf, engagé mais pas militant : Rivieractu est un magazine de société sur la Côte d'Azur.

5-décembre

Opposition à la réforme des retraites : la grève continue, le gouvernement sous pression

Après une mobilisation massive jeudi, la grève contre le projet de réforme des retraites se poursuit ce vendredi avec une forte intensité, notamment dans les transports.

Publié

le

Rédigé par

Photo : EU2017EE

MOUVEMENTS SOCIAUX — La « colère des Français » a été « entendue » a souligné la ministre des Solidarités Agnès Buzyn, qui recevra lundi tous les partenaires sociaux.

Comme prévu depuis quelques jours, le Premier ministre Édouard Philippe s’exprimera « en fin de semaine prochaine sur l’architecture générale de la réforme ».

Les syndicats sortent renforcés au lendemain d’une mobilisation qui a vu au moins 800.000 personnes, selon le ministère de l’Intérieur, manifester en France et des secteurs entiers tourner au ralenti.

Un retour de dynamique pour ceux qui n’avait pas su se faire les « porte-parole » du malaise social et des « gilets jaunes » ces derniers mois.

« Il y avait beaucoup de personnes en grève, il faut que ça augmente encore si on veut peser sur les décisions, il faut généraliser les grèves dans toutes les entreprises », a déclaré vendredi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, comme le rapporte l’AFP.

Source de satisfaction pour les syndicats : l’ampleur de « l’adhésion » à la contestation dans les transports, l’éducation, la police, la justice, les transporteurs routiers, mais aussi dans une part des entreprises privées.

L’intersyndicale CGT, FO, Solidaires, FSU et trois organisations de jeunesse ont appelé vendredi à une grève interprofessionnelle le mardi 10 décembre, avec une nouvelle intersyndicale le soir même pour « décider de la suite ».

Lire la suite

5-décembre

« 5 décembre » : Plusieurs journalistes indépendants blessés dans les manifestations

Le journaliste de Taranis News Gaspard Glanz a été blessé ce jeudi aux jambes, par « 5 éclats de grenade désencerclement », a-t-il indiqué sur Twitter, dénonçant également la destruction de son matériel. Reporters sans frontières s’est dit « extrêmement préoccupée » par l’état de santé d’un correspondant étranger, dont un oeil aurait été endommagé.

Publié

le

Rédigé par

Les différents syndicats de la profession et Reporters sans frontières (RSF) ont aussi dénoncé à plusieurs reprises des atteintes à la liberté d’informer, après des incidents entre forces de l’ordre et journalistes lors des manifestations des "gilets jaunes"
Photo : Twitter / Gaspard Glanz

MOUVEMENTS SOCIAUX — Trois journalistes ont été blessés jeudi à Paris par des tirs lors de la manifestation parisienne, ont indiqué plusieurs sources.

Le correspondant de l’agence turque Anadolu, Mustafa Yalgin, a été blessé « par une grenade lacrymogène lancée par la police française » pendant la manifestation parisienne, a dénoncé le média sur son site et ses réseaux sociaux.

Le journaliste a été transporté à l’hôpital.

#France @rsf-inter extrêmement préoccupée par l’état de santé du journaliste Yalcin de @aa_french blessé par un tir de grenade alors qu’il couvrait la manifestation #5Decembre et demande que toute la lumière soit faite sur ces violences @Place_Beauvau pic.twitter.com/xoZuRmQavP

— RSF en français (@RSF_fr) December 6, 2019

Le journaliste engagé Taha Bouhafs a également été blessé au genou « par un tir sur la place de la République », a-t-il indiqué sur Twitter, images à l’appui.

J’ai été blessé au genou par un tir sur la place de la république, merci aux street-medics pour la prise en charge rapide. La douleur est forte mais rien de cassé.. vais bien.

Aujourd’hui, malheureusement encore trop de blessé-es parmi nous, trop d’entraves subies (confiscations matériel, etc). Notre décompte & un communiqué sont à venir.
📸@adeleuuuh pic.twitter.com/uUgQL0nXJo

— Reporters En Colère 🔴 (@REC_Collectif) December 5, 2019

Ma go-pro était allumé je derush les images dès que j’ai un ordi sous la main… pic.twitter.com/HNN1cE33Po

— Taha Bouhafs (@T_Bouhafs) December 5, 2019

« Notre reporter @T_Bouhafs a été blessé au genou par un tir (dont on ne connaît pas la nature pour le moment) », a confirmé son employeur, le site Là-bas si j’y suis. « Il a été évacué de la manifestation par les street medics ».

Une vingtaine de journalistes avait pris part plus tôt à une courte action, organisée par son collectif « Reporters en colère », pour dénoncer les « violences policières ».

Aujourd’hui, malheureusement encore trop de blessé-es parmi nous, trop d’entraves subies (confiscations matériel, etc). Notre décompte & un communiqué sont à venir.
📸@adeleuuuh pic.twitter.com/uUgQL0nXJo

— Reporters En Colère 🔴 (@REC_Collectif) December 5, 2019

Le journaliste Gaspard Glanz a également été blessé jeudi aux jambes, par « 5 éclats de grenade désencerclante », a-t-il indiqué sur Twitter en fin d’après-midi.

Son téléphone et un de ses appareils photo ont été, visiblement, endommagés.

Ça c’est fait….

Les vidéos arrivent.

Soutenez @TaranisNews nous allons en avoir besoin pour le matériel explosé… https://t.co/bIa7cuY5qZ#Paris #Greve5Decembre pic.twitter.com/vKBeJbCC88

— TARANIS NEWS (@TaranisNews) December 5, 2019

Les deux reporters ont affirmé sur Twitter avoir des images de ces incidents.

Gaspard Glanz fait partie des 300 signataires d’une tribune parue le 1er mai, dénonçant des « multiples violences d’Etat » et demandant au gouvernement de prendre « les mesures nécessaires pour que les forces de l’ordre cessent » de les « harceler » et les laissent travailler « librement ».

Les différents syndicats de la profession et Reporters sans frontières (RSF) ont aussi dénoncé à plusieurs reprises des atteintes à la liberté d’informer, après des incidents entre forces de l’ordre et journalistes lors des manifestations des « gilets jaunes ».

Emmanuel Macron avait promis en mai que « des actions » seraient engagées pour sanctionner les violences policières délibérées contre des journalistes pendant ce mouvement.

Lire la suite

5-décembre

Mobilisation massive pour ce 5 décembre: 1.5 million de manifestants, dont 10.000 à Nice (CGT)

33.000 personnes à Toulouse, 25.000 à Marseille, 20.000 à Lyon, Montpellier et Bordeaux: plus de 585.000 personnes ont manifesté dans 107 villes en France contre la réforme des retraites, selon les comptages transmis par la police ou les préfectures.

Publié

le

Rédigé par

Plus de 1,5 million de personnes ont défilé jeudi dans le cadre de "plus de 250 manifestations" dans toute la France contre la réforme des retraites. Ici, à Nice — Photo C.A. pour Rivieractu Magazine
Photo C.A. pour Rivieractu

MOUVEMENTS SOCIAUX — Plus de 1,5 million de personnes ont défilé jeudi dans le cadre de « plus de 250 manifestations » dans toute la France contre la réforme des retraites, a affirmé la CGT, qui y voit une « première étape réussie de la mobilisation sociale ».

Selon un décompte AFP réalisé à partir de sources policières et préfectorales dans 107 villes, hors Paris, plus de 585.000 personnes ont manifesté jeudi. La CGT a pour sa part revendiqué 250.000 manifestants rien qu’à Paris, 10.000 à Nice.

Le cabinet indépendant Occurrence a dénombré dans la capitale 40.500 manifestants depuis un point de comptage sur le parcours du défilé.

Parmi les mobilisations les plus importantes, les services de police ont dénombré 19.000 personnes à Nantes, 15.000 à Clermont-Ferrand, 12 à 13.000 à Rennes, Lille, Rouen et Grenoble, au moins 10.000 à Tours, Brest, Saint-Etienne, Bayonne et Pau, 9.000 à Strasbourg, Perpignan, Limoges, Saint-Nazaire ou Caen.

À 17h00, la police recensait 87 interpellations et le parquet 57 personnes en garde à vue.

En dépit des incidents, le Premier ministre, Edouard Philippe, a « rendu hommage » aux syndicats, notant que dans « un très grand nombre de villes », les manifestations « se sont bien passées car elles ont été bien organisées ».

« C’est une très forte mobilisation dans le public comme dans le privé », s’est réjoui plus tôt Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, dans le carré de tête parisien.

Face au mouvement, le président Emmanuel Macron est « calme et déterminé à mener cette réforme, dans l’écoute et la consultation », a indiqué l’Élysée, précisant que « le Premier ministre s’exprimerait vers le milieu de la semaine prochaine sur l’architecture générale de la réforme ».

Plus de 1,5 million de personnes ont défilé jeudi dans le cadre de "plus de 250 manifestations" dans toute la France contre la réforme des retraites. Ici, à Nice — Photo C.A. pour Rivieractu Magazine
Plus de 1,5 million de personnes ont défilé jeudi dans le cadre de « plus de 250 manifestations » dans toute la France contre la réforme des retraites. Ici, à Nice — Photo C.A. pour Rivieractu Magazine

« Il reste des marges de négociation », a assuré la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, précisant que le système prendrait en compte les « situations spécifiques ».

À l’origine de la mobilisation, le futur « système universel » de retraites par points, censé remplacer les 42 régimes existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires). L’exécutif promet un système « plus lisible » et « plus juste », quand les opposants craignent une « précarisation » des retraités.

Plusieurs récents sondages ont montré que le mouvement est majoritairement soutenu par les Français.

A la SNCF, la direction prévoit encore 90% de TGV et 70% de TER annulés vendredi.

DANS LE DÉTAIL
Dans les transports, on comptait 90% de TGV et 80% de TER annulés. Le taux de grévistes à la SNCF a atteint 55,6% en moyenne -jamais vu depuis 2007- et 85,7% parmi les conducteurs, selon la direction.

Sept des huit raffineries françaises étaient en grève. Air France a annoncé l’annulation de 30% de ses vols intérieurs et 10% de ses moyen-courriers.

Le ministère de l’Éducation a recensé 51,15% d’enseignants grévistes dans le primaire et 42,32% dans le secondaire.

Les fonctionnaires de police ont effectué un service minimum, bloquant certains commissariats.

À EDF, le taux de grévistes atteignait 43,9% selon la direction. La CGT évoquait des pointes à 80% dans certaines centrales nucléaires.

Lire la suite

Suivons-nous !

🔥 C’est populaire