Restons en contact !

Christophe Castaner

« Extrême vigilance » face aux attentats: le ministère de l’Intérieur sur les dents après la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi

Publié

le

"Extrême vigilance" face aux attentats: le ministère de l'Intérieur sur les dents après la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi
Beauvau appelle les policiers à la vigilance pour leur propre protection / Photo : ministère, DR

Un « télégramme » urgent, adressé à l’ensemble des préfets et chefs des forces de police à Paris et dans l’Hexagone, recommande une « extrême vigilance », quelques jours après la neutralisation américaine de l’un des leaders connus de Daesh.

BRÈVE / TERRORISME — « Nécessité d’une vigilance accrue après le décès d’Abou Bakr al-Baghdadi » Selon le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, la possible intensification de la propagande djihadiste, « appelant éventuellement à des actes de vengeance », doit « vous conduire à la plus extrême vigilance notamment lors des événements publics qui pourraient être programmés ».

Beauvau appelle les policiers également à la vigilance pour leur propre protection « dans l’exercice de leurs missions mais également en dehors du service », d’après cette communication citée par Le Point.

La neutralisation d’Abou Bakr al-Baghdadi, calife autoproclamé du prétendu Etat islamique, a été annoncée en début d’après-midi par Donald Trump.

Le chef de Daech a été tué dans une opération militaire américaine au nord de la Syrie près de la frontière turque.

Notre sujet, c'est vous. Mordant et malicieux, passionné mais pas naïf, engagé mais pas militant : Rivieractu est un magazine de société sur la Côte d'Azur.

Lire la suite
Publicité
Commentez cette news

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Christophe Castaner

Policiers et CRS menacés : une enquête ouverte par la PJ

De nombreuses plaintes ont été déposées ces derniers jours par des policiers et des CRS qui ont reçu des menaces de mort à leur domicile. Christophe Castaner a assuré qu’une enquête a été ouverte par la police judiciaire.

Publié

le

Rédigé par

Photo: Mic

JUSTICE — « À partir de maintenant ça sera œil pour œil. Pensez à votre famille que vous laissez seule les week-ends. Pour chaque citoyen blessé, ce sera un membre de famille de FDO (forces de l’ordre) qui subira les mêmes préjudices. Et sans remords ». Ce sont les mots utilisés par un ou plusieurs individus ces dernières semaines, qui ont envoyé plusieurs lettres de ce genre pour menacer des policiers et des CRS.

Tous ces courriers sont signés « ASAB », c’est-à-dire « All Cops Are Bastard » (« Tous les flics sont des salauds (sic) »).

Ces signatures sont souvent taguées lors des manifestations, souvent par des mouvements issus de l’ultra-gauche.

Suite à la réception de ces lettres, plusieurs plaintes ont été déposées et une enquête a été ouverte par la police judiciaire.

« Infamie » 

Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner a réagi fermement à ces menaces sur des forces de l’ordre qui sont sur le pont tous les samedis depuis plus d’un an avec la crise des « des gilets jaunes ». 

Sur France Inter, il a garanti que « Tout doit être fait, et sera fait, pour identifier les auteurs de cette infamie. Je n’accepterai jamais que l’on menace ceux qui nous protègent, jusque dans leurs foyers.»

« Ces actes doivent être condamnés par tous » a-t-il ajouté.

Lire la suite

Christophe Castaner

Attaque de la préfecture: Castaner reconnaît « des failles et des dysfonctionnements » mais refuse de démissionner

Publié

le

Rédigé par

Photo : Clément Vaillant

Le dossier de l’agent qui a tué quatre personnes jeudi à la préfecture de police de Paris ne contenait « aucun élément sur sa radicalisation », a déclaré dimanche sur TF1 Christophe Castaner, excluant de démissionner malgré « des dysfonctionnements ».

TERRORISME — Le ministre de l’Intérieur a pointé des “dysfonctionnements” à la préfecture de police, qui ont empêché selon lui de prendre à temps la mesure de la menace constituée par Mickaël Harpon.

Christophe Castaner a reconnu “des failles, puisque trois hommes et une femme sont morts sous les coups de l’assaillant”.

“S’il y a eu des fautes, il faudra les corriger. S’il y a eu des erreurs, il faudra les sanctionner”, a-t-il ajouté.

Le procureur Jean-François Ricard a fait état samedi de témoignages de policiers selon lesquels Mickaël Harpon aurait « justifié les attentats de Charlie Hebdo en 2015 » et « d’autres exactions commises au nom de l’islam ».

Christophe Castaner a déclaré que, “selon les informations qui m’ont été communiquées”, ce “comportement anormal” n’avait fait l’objet d’aucun signalement administratif de la part des policiers concernés.

“Si ces faits sont confirmés, le dysfonctionnement est à ce moment-là”, a insisté le ministre, selon lequel il aurait alors été possible “d’éviter le pire”.

Interrogé sur les appels de responsables de l’opposition à sa démission, notamment ceux du députés LR Eric Ciotti, Christophe Castaner a estimé que cette question “ne se pose pas” puisqu’il n’a fait que répercuter les éléments qui lui avaient été transmis par la hiérarchie policière “sans fermer aucune piste”.

Le ministre de l’Intérieur a reçu le soutien du Premier ministre Edouard Philippe.

Ce dernier a annoncé samedi deux missions de réévaluation des procédures de détection des signes de radicalisation chez les agents du renseignement.

Lire la suite

Suivons-nous !

🔥 C’est populaire