Restons en contact !

Culture

EN IMAGES. Inégalités raciales : « Let’s talk about race », quand les photos parlent plus que les mots

Aux États-Unis, l’écart salarial entre les Américains blancs et noirs est pire aujourd’hui… qu’en 1979

Publié

le

"C’est bien si cela anime la toile mais plus important encore, tout le monde devrait en parler" Chris Buck / Let's Talk About Race

CULTURE — La force des images dans toute sa splendeur. Dans son essai photographique « Let’s talk about Race », le photographe Chris Buck s’élève contre les stéréotypes subis par les femmes de couleur avec des clichés saisissants. Ce reportage photo a été publié dans le numéro de mai 2017 du magazine de la célèbre animatrice TV Oprah Winfrey, O.

Le photographe a expliqué à nos confrères de Quartz que cette série de photos était destinée à susciter un débat sur la race et la classe sociale chez les femmes. « C’est bien si cela anime la toile mais plus important encore, tout le monde devrait en parler, entre amis, collègues et voisins. Toutes les classes doivent se sentir les bienvenues à la table de cette discussion, c’est ainsi que nous iront de l’avant, et pour moi, au mieux, c’est ce que ces images commencent à montrer. »

À LIRE AUSSI : « J’aurais eu moins de problèmes si j’étais blanc »: Mario Balotelli, une carrière marquée par le racisme des supporters

DR

Sur la première photo, plusieurs femmes asiatiques rient dans un salon de manucure, tandis que des femmes blanches font leur pédicure.

Sur une autre photo, une latino est au téléphone, ignorant la femme de chambre blanche lui versant une tasse de thé.

Dans la troisième, une fillette blanche regarde des rangées de poupées noires dans un magasin de jouets

DR

DR

Un écart salarial démesuré

Aux États-Unis, l’écart salarial entre les Américains blancs et noirs est pire aujourd’hui… qu’en 1979.

Selon un rapport de l’Economic Policy Institute, l’écart salarial entre les femmes blanches et les Noires est passé de 6% en 1979 à 19% en 2015.

À LIRE AUSSI… Même pas un quart des Français sont satisfaits de leur salaire

Le taux de pauvreté des Afro-Américains avait reculé de 55% en 1959 à 22,5% en 2000, mais il est depuis reparti à la hausse.

En 2013, il atteignait 27,2%, près de trois fois plus que pour les Blancs (9,6%).

Passée par le magazine culturel varois Bah Alors et le site d'information Les Carnets Santé. Diplômée de l'EDJ Nice en journalisme - informations générales (promotion Marc-Olivier Fogiel).

Culture

LE BUZZ DU JOUR. Indignation après les nominations aux César de Roman Polanski, accusé de multiples viols

Les plus marquantes, les plus commentées sur les réseaux, les plus polémiques : tous les jours à 19h, Rivieractu sélectionne pour vous l’info qu’il ne fallait pas manquer

Publié

le

Rédigé par

Roman Polanski (capture d'écran vidéo)
Roman Polanski (capture d'écran vidéo)

SOCIÉTÉ/CULTURE — La polémique n’avait pas eu le temps de s’éteindre qu’elle est déjà repartie.

Roman Polanski, dont la sortie du film « J’accuse » avait été largement perturbée par une nouvelle accusation de viol, mène les nominations pour les César, annoncées ce mercredi 29 janvier.

À LIRE AUSSI… Violences faites aux femmes: une nouvelle loi pour un vrai changement?

Thriller historique sur l’affaire Dreyfus avec Jean Dujardin, récompensé par le Grand prix du jury à Venise, « J’accuse » est nommé pour douze prix, notamment dans les prestigieuses catégories « meilleure réalisation » et « meilleur film ».

Interrogé sur les nominations de Polanski, le président de l’Académie des César Alain Terzian a affirmé que les César n’étaient « pas une instance qui doit avoir des positions morales ».

À LIRE AUSSI… [VIDÉO] Affaire Polanski : « Ce n’est pas parce qu’il est accusé qu’il est coupable » selon Christian Estrosi

La maîtresse de cérémonie des César, l’humoriste Florence Foresti, a commis un beau lapsus lors de la conférence de presse, indiquant que Roman Polanski était cité dans la catégorie meilleure adaptation pour « Je suis accu… », avant de se reprendre et de dire « J’accuse ». La « bourde » (volontaire ou non) a fait le tour des réseaux sociaux.

« Là, je crois que l’on ne respecte pas les femmes »

Toujours poursuivi par la justice américaine dans le cadre d’une procédure pour détournement de mineure lancée en 1977, Roman Polanski est visé depuis novembre par une nouvelle accusation de viol de la photographe française Valentine Monnier.

Elle s’ajoute aux accusations d’autres femmes, depuis plusieurs années.

La secrétaire d’Etat à l’Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa s’est interrogée sur RTL sur « le message qui est envoyé ».

« Là, je crois que l’on ne respecte pas les femmes », a-t-elle ajouté, estimant que « manifestement, le cinéma n’a pas terminé sa révolution en ce qui concerne les violences sexistes et sexuelles. »

Lire la suite

Culture

Vous avez l’accent du Sud? Ce député veut vous protéger des discriminations

« Je veux mettre le problème sur la place publique, je veux une prise de conscience »

Publié

le

Rédigé par

Photo : Paul Rysz

CULTURE — « On m’a déjà dit qu’on pouvait me guérir assez facilement, c’est plutôt pas mal, non ? Cela veut dire que je suis malade. Je l’ignorais ». Malade de son accent ? Pour certains, ce n’est pas une particularité avantageuse… Le député LREM de l’Hérault Christophe Euzet vient de déposer une proposition de loi et souhaite « promouvoir la France des accents ».

L’accent chantant n’est pas toujours bien vu par les recruteurs. Le combat de cet élu est simple: reconnaître la « glottophobie » comme une discrimination dans le Code du travail et le Code pénal.

Le député s’est expliqué sur LCI : « Le français que nous partageons se décline avec des prononciations très différentes  suivant que l’on se trouve à un endroit ou à un autre du pays, et c’est une grande richesse. »

Avant de poursuivre :

« Nous sommes dans un pays qui a une forte discrimination par l’accent. Quand on a un  accent du Sud, de l’Est, ou des îles un peu prononcé, des sphères d’expression publique se bouchent, il y a discrimination à l’embauche. Par exemple : il  n’y a pas de gens du Sud dans les médias audiovisuels. Pourtant, nous sommes des dizaines de millions à avoir l’accent du Sud, de l’Est, du Nord ! »

Si la proposition de loi est adoptée, la discrimination par l’accent rejoindrait la liste de celles qui figurent dans l’article 225-1 du Code pénal.

Elle deviendrait alors un délit puni de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende.

Pour le député, il ne s’agit pas de « refonder le Code pénal » mais bien de prendre en considération ce sujet, qui est pour lui, « essentiel ».

Un phénomène parisien

Cette discrimination serait concentrée essentiellement à Paris, selon le chargé de recherches Mathieu Avanzi, cité par nos confrères de la Dépêche : « Le français de Paris se considère clairement au-dessus des autres français. La bourgeoisie parisienne cultivée a donné le français de référence ».

Christophe Euzet en est également conscient : « Ce n’est pas ma proposition de loi qui va changer les choses du jour au lendemain. Ce n’est pas une croisade. Je veux mettre le problème sur la place publique, je veux une prise de conscience. »

Lire la suite

Culture

Avec du « sang de Niçois sur les mains », Napoléon Ier a désormais son quai dans la capitale azuréenne

Publié

le

Rédigé par

Avec du "sang de Niçois sur les mains", Napoléon Ier a désormais son quai dans la capitale azuréenne
« Si on connaît l’histoire de Nice, on voit que le rôle de Napoléon a été plutôt négatif » // Montage Rivieractu

Napoléon Bonaparte aura un quai à son nom, au terminus du tram sur le port. Plusieurs collectifs dénoncent une « erreur », rappelant que l’empereur a fait vivre à notre cité « une période d’oppression ».

C’est une inauguration qui fait parler. Alors que Napoléon a déjà une rue à son nom (et plusieurs cafés), un quai éponyme a été « dévoilé » à l’occasion des Journées impériales organisées par la Ville.

Il sera inauguré dimanche, au terminus du tram sur le port. Jusqu’ici, le futur quai Napoléon 1er s’appelait Cassini.

« Il a retiré aux Niçois leur drapeau »

Un décision qui ulcèrent les collectifs La República de Nissa et la Republica Federala Occitana, qui ont dénoncé « une erreur » auprès de nos confrères de 20 minutes.

A l’occasion de ce 250ème anniversaire, le quai où Bonaparte a accosté souvent et qui accueillera le terminus de la Ligne 2 de notre tramway sera baptisé quai Napoléon 1er. #Napoleon250ans #Napoleon pic.twitter.com/6Lrk8rV7ub

— Christian Estrosi (@cestrosi) August 15, 2019

« Ce n’est pas très logique d’honorer à Nice des personnes qui ont du sang niçois sur les doigts », peste ainsi l’un des dirigeants de ces associations. « Si on connaît l’histoire de Nice, on voit que le rôle de Napoléon a été plutôt négatif. C’était une période d’oppression, de pression. »

Mais qu’est-ce qu’on en a à battre de Napoléon à #Nice06 sérieux ?!?
À quelques mètres de là il y a la maison du héros républicain international nissart Garibaldi, qui l’aurait mérité, lui !

— Caga blea 🔴⚫ (@cagablea) August 15, 2019

Le communiqué de presse (rédigé, évidemment, en français et en nissart) développe : « Napoléon 1er a fait partie de l’armée française qui occupait Nissa et son comté de 1792 à 1814, en en pourchassant l’armée des États de Savoie ».

Est également reproché à l’empereur d’avoir retiré aux Niçois leur drapeau, lui qui « voulait être le seul à avoir un aigle. A sa chute, l’aigle est revenu. »

« Il n’empêche que Nice est une ville française. Par définition, elle lie son destin et son vécu, à une histoire nationale qui englobe Napoléon » défend la Ville.

Christan Estrosi, grand bonapartiste

Avec du "sang de Niçois sur les mains", Napoléon Ier a désormais son quai dans la capitale azuréenne
Le maire de Nice consacre un livre à Napoléon III.
Le maire n’a jamais caché son admiration pour l’Empire, plutôt pour le second que pour le premier. Dans l’Opinion en 2014, il lançait même « Si j’étais roi ? je serais L’Empereur Napoléon III ». 
Il a même consacré un ouvrage avec Raoul Mille au neveu de Napoléon Ier, il y a quelques années.

« Suis-je bonapartiste ? En écoutant mon coeur, je répondrais sans hésiter oui. Je suis bonapartiste, certes, mais en rappelant que le bonapartisme selon Napoléon III n’est pas un parti mais un état d’esprit et, en ce qui me concerne, un état d’âme » y écrivait-il.

Lire la suite

🔥 C’est populaire