Restons en contact !

Égalité femmes-hommes

« Alerte rouge »: le ministère du Travail charge 800 entreprises françaises en « gros retard » sur l’égalité femmes-hommes

Publié

le

"Alerte rouge": le ministère du Travail charge 800 entreprises françaises en "gros retard" sur l'égalité femmes-hommes
« Alerte rouge »: le ministère du Travail charge 800 entreprises françaises en « gros retard » sur l’égalité femmes-hommes. Ci-contre, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. Photo : Jacques Paquier

Plusieurs centaines d’entreprises françaises sont considérées par le ministère du Travail comme « en alerte rouge » sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. 

17% des entreprises ayant publié leur « index de l’égalité professionnelle » sont en deçà de la note limite de 75 sur 100, a indiqué mardi la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Cet index prévoit une note sur 100 points et cinq critères : l’écart de rémunération femmes-hommes (sur 40 points), l’écart dans les augmentations annuelles (20 points), l’écart dans les promotions (15 points), les augmentations au retour de congé maternité (15 points) et la présence de femmes parmi les plus gros salaires de l’entreprise (10 points).

« L’immense majorité des entreprises doit progresser »

99% des entreprises de plus de 1000 salariés ont répondu aux questions du gouvernement, mais celles employant entre 250 et 1000 salariés ne sont que 68% à l’avoir fait.

En deçà de 75 points, une entreprise risque une sanction financière si elle ne trouve pas, dans les trois ans, des solutions pour davantage d’égalité.

« L’immense majorité des entreprises doit progresser » a déclaré dans la foulée de ces résultats Muriel Pénicaud, ajoutant qu’elle compte publier les noms des entreprises de plus de 1.000 salariés qui ne sont pas parvenus à 75 points « au 1er mars prochain ». 

Rivieractu est une source certifiée Google News. Suivons-nous sur Twitter et sur Facebook

Notre sujet, c'est vous. Mordant et malicieux, passionné mais pas naïf, engagé mais pas militant : Rivieractu est un magazine de société sur la Côte d'Azur.

Publicité
Commentez cette news

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Au CHU de Nice, certaines femmes sont payées 100 euros de moins que les hommes et représentent 91% des temps partiels

Publié

le

Rédigé par

Au CHU de Nice, certaines femmes sont payées 100 euros de moins que les hommes et représentent 91% des temps partiels
Il y a eu « un petit effet de sidération quand on a vu les chiffres » / Image d’illustration

Le Centre hospitalier universitaire de Nice s’engage pour davantage d’égalité entre ses employés après avoir constaté des écarts de salaires et d’opportunités.

ÉGALITÉ — Le CHU de Nice fait son auto-critique. Après avoir réalisé un rapport annuel de situation, le centre hospitalier azuréen s’est rendu compte que le personnel non médical (administratif, personnel soignant et éducatif, technique) subit un écart de rémunération moyen de 100 euros brut entre les femmes (2.012 €) et les hommes (2.104 €).

De plus, 91% des temps partiels sont occupés par des femmes…

« Sidération devant les chiffres »

A la suite de ce constat, « nous avons décidé de nous associer avec d’autres qui savent mieux faire que nous en matière d’égalité femmes-hommes. Le CHU de Nice a notamment noué un partenariat avec l’université Côte d’Azur « car ils ont des enseignants-chercheurs qui travaillent sur la problématique », a depuis expliqué Karine Hamela, directrice du pôle ressources humaines lors des 8es Rencontres RH de la santé.

« On ne se rendait pas bien compte des déséquilibres qui pouvaient exister entre hommes et femmes » ajoute-t-elle, sachant que « 74% du personnel non médical est féminin ».

Il y a eu « un petit effet de sidération quand on a vu les chiffres, en particulier sur l’écart de rémunération », a commenté Karine Hamela.

« Nous n’avons pas vraiment d’explications sur cet écart », mais il est sûrement lié au fait que ce sont les femmes qui prennent très majoritairement « des temps partiels et des congés parentaux ».

D’autres initiatives pour plus d’égalité

Le CHU de Nice veut également s’investir pour « inciter ses salariés hommes à prendre des congés parentaux », les répartir plus équitablement ou encore développer le télétravail et faciliter l’accès aux logements sociaux pour son personnel.

Ces efforts ont « permis de loger une dizaine de familles en 2019, en particulier des femmes isolées avec enfants, voire des femmes battues qui avaient dû quitter leur domicile » a développé la directrice du pôle RH.

Enfin, la cellule d’écoute de soutien et d’alertes pour les agents en souffrance au travail (la « cellule Colombe ») va être « élargie aux violences sexistes ».

[Source : TecHopital]

Lire la suite

🔥 C’est populaire