Référendum ADP : un (inespéré !) million qui ne suffit pas

La gauche est au moins sur ce point-là d’accord puisque Adrien Quatennens, Insoumis, a lui demandé « vite, un réfrendum » avant que Manon Aubry, eurodéputée en remette une couche « Alors, ce référendum, on l’organise ? »
La gauche est au moins sur ce point-là d’accord puisque Adrien Quatennens, Insoumis, a lui demandé « vite, un réfrendum » avant que Manon Aubry, eurodéputée en remette une couche « Alors, ce référendum, on l’organise ? »  - Photo : Illustration, manifestation à Paris en septembre, Jeanne Menjoulet

Le Conseil constitutionnel a dénombré à ce jour plus d’un million de signatures, soit 31.500 soutiens de plus que le 20 novembre dernier. Mais ce chiffre est encore loin des 4,7 millions de soutiens exigés par la Constitution pour pouvoir contrer la privatisation du Groupe ADP - Aéroports de Paris.

MOUVEMENTS SOCIAUX — Le million ! Ça y est, le cap a été franchi. Une barre symbolique sur laquelle les partisans espèrent pouvoir s’appuyer pour demander au président Macron de consulter sa population.

Le chef de l’Etat avait récemment annoncé vouloir abaisser le seuil de déclenchement du référendum d'initiative partagée (RIP) à un million, soit le nombre de signataires atteint.

« Alors, ce référendum, on l’organise ?»

Depuis cette annonce sur Twitter, de nombreux politiques ont saisi la balle au bond. Boris Vallaud, porte-parole du PS a déclaré : « Vous demandiez 1.000.000 de signatures pour un référendum ? Nous y sommes aujourd'hui (...). Chiche? ». Même son de cloche chez les sénateurs communistes : C'est « un résultat remarquable alors que le gouvernement refuse toujours d'informer nos concitoyens ».

La gauche est au moins sur ce point-là d’accord puisque Adrien Quatennens, Insoumis, a lui demandé « vite, un référendum » avant que Manon Aubry, eurodéputée n'en remette une couche « Alors, ce référendum, on l’organise ? »

Le patron des députés LR Damien Abad a lui aussi mis la pression sur Emmanuel Macron : « Il serait respectueux que le président tienne son engagement (...) C'est une question de respect de la parole présidentielle »

Rassemblement devant l’Assemblée

Environ 250 députés et sénateurs (de LFI à LR) avaient lancé début avril la procédure du RIP, introduite dans la constitution en 2008 mais encore jamais mise en œuvre, pour contrer la privatisation d'Aéroports de Paris.

Ce mercredi 4 décembre, de nombreuses personnalités politiques se sont rassemblés devant l’Assemblée avec une pancarte « 1 million ». Parmi eux, Jean Luc Mélenchon (LFI), Patrick Kanner, patron des groupes PS de l'Assemblée et du Sénat, Pierre Laurent (PCF) ou Gilles Carrez (LR).

Les opposants à la privatisation de l’aéroport de Paris dénoncent l'abandon d'un monopole en la comparant à la privatisation controversée des autoroutes. Ils pointent du doigt la question de l'aménagement du territoire, ADP possédant 7.000 hectares aménageables, mais aussi celle de l'environnement, de la multiplication du trafic aérien avec son bilan carbone et ses nuisances sonores.

0/Discutons de cette info

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne