"Endettement critique", "travaux surdimensionnés": Un rapport accable la gestion du CHU de Nice

"Endettement critique", "travaux surdimensionnés": Un rapport accable la gestion du CHU de Nice
Photo : Responsable Pôle Urgences/SAMU/SMUR - Nice

Un rapport fait un bilan très sévère de la gestion du CHU de Nice, pointant notamment une "situation particulièrement préoccupante au moins jusqu'en 2021". L'établissement hospitalier "prend acte de ces recommandations" et défend les efforts consentis ces dernières années.

SANTÉ — C'est un diagnostic alarmant que dresse la chambre régionale des comptes. L'institution a contrôlé la gestion depuis 2012 du centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, deuxième CHU de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le bilan qu'elle en tire n'est pas reluisant. Dans un document rendu vendredi 8 novembre, la Cour tire la sonnette d'alarme sur "l'endettement critique" du CHU :" 400 millions d'euros fin 2017, soit une hausse de 36 % par rapport à 2012" couplé à un "faible dynamisme de ses recettes".

"Dérive des coûts de construction"

Depuis 2012, l'institution observe "une dégradation de la situation financière, principalement en raison de l’opération de construction du site Pasteur 2 qui s’avère surdimensionnée".

Est également pointée du doigt la "dérive des coûts de construction : 480 millions d'euros en 2018 pour une estimation initiale de 195 millions".

Au CHU de Nice, certaines femmes sont payées 100 euros de moins que les hommes et représentent 91% des temps partiels

Contactée par Rivieractu magazine, la direction du CHU de Nice assure "prendre acte des recommandations de la chambre régionale des comptes".

Concernant le dérapage des coûts du site Pasteur 2, elle explique que "l’opération, qui devait s’achever initialement en 2011, n’a vu sa première phase s’ouvrir qu’en 2015 du fait d’incidents de toutes natures et de travaux d’importance qu’il a fallu réaliser avant la mise en service du bâtiment".

La chambre régionale confirme toutefois la stratégie immobilière du CHU en indiquant que "l’établissement a intérêt à poursuivre l’opération" de Pasteur 2 (phase 2).

Elle pointe également le fait que  "durant les quinze années qui ont été nécessaires à l’ouverture de ce bâtiment, les techniques et organisations médicales ont évolué, rendant le projet initial en partie inadapté aux besoins de l’établissement."

Une situation financière "particulièrement préoccupante"

Sur les "recrutements massifs" soulignés par le rapport de la Cour, qui auraient "largement contribué à la dégradation de la situation financière du CHUN", ce dernier répond que "l’augmentation de la masse salariale s’explique notamment par un plan d’attractivité et de fidélisation des professionnels de santé".

La chambre régionale des comptes n'est guère optimiste pour les années à venir : "la situation financière de l’établissement restera particulièrement préoccupante en 2021" note-t-elle encore.

Avant d'ajouter, lapidaire : "dans ce contexte financier préoccupant, le CHUN a récemment soumis à l’ARS son nouveau projet d’établissement 2018-2022. Celui-ci comporte un volet patrimonial de plus de 310 millions d'euros, dont 200 ne sont pour l’heure pas financés."

"Fin 2017, à l’issue de la première année d’exécution du CREF (contrat de retour à l'équilibre financier, NDLR) l’objectif fixé a été dépassé. L’amélioration de la situation budgétaire, avec un déficit de - 13,5 millions sur le budget principal, a toutefois résulté pour partie de recettes non récurrentes et d’économies subies (vacances de postes infirmiers)"

Certaines recommandations déjà suivies

L'établissement fait valoir "un virage ambulatoire avec des résultats tangibles : le taux de chirurgie ambulatoire a progressé de 12% en un an pour atteindre 39% en 2018, plaçant ainsi le CHU de Nice au 5ème rang des CHU français en la matière."

Le CHU de Nice tient aussi à souligner que parmi les recommandations majeures de la Cour, certaines ont déjà été engagées, notamment le "renforcement du management des pôles par la contractualisation d’objectifs négociés et l’accroissement de leur autonomie par le développement de délégations de gestion s’inscrivent pleinement dans les recommandations énoncées par la chambre".

0/Discutons de cette info

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne