En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

Inquiète du manque de logements sociaux, la gauche niçoise vote contre le Plan local d’urbanisme métropolitain

Vue panoramique de la vieille ville et de la Promenade des Anglais à Nice, sur la Côte d’Azur (Alpes-Maritime, Provence-Alpes-Côte d’Azur, France), du château (vers l’ouest). Tobi87

Pour les élus de l'opposition, le PLUm "n’apporte pas de réponses satisfaisantes pour réduire la fragilité sociale et ne répond pas aux défis sociaux de notre territoire". Le plan, qui se veut engagé dans les thématiques liées au développement durable, a tout de même été voté fin octobre.

POLITIQUE — La question des logements sociaux aura provoqué un "non" catégorique de l'opposition.

Après de cinq ans de travail, les 49 communes de la métropole Nice Côte d’Azur ont validé le Plan local d’urbanisme métropolitain, ce (très long) document qui organise le développement de notre territoire et le cadre de vie futur de ses habitants.

"C'est proprement inacceptable"

Les inquiétudes de la gauche niçoise ont été suscitées par plusieurs points.

Déjà, celui des nouveaux logements, les propositions énoncées par le PLUm étant, pour elle, "proprement inacceptables".

"Le PLUm et le PLH (programme local de l’habitat) présentent des objectifs de production annuelle très différents" relève le conseiller Paul Cuturello, qui s'exprimait au nom de l’opposition de gauche, cité par Nice-Matin ce mercredi 6 novembre.

"Les besoins sont à 27.000 logements neufs supplémentaires, avec une production moyenne annuelle de 2.600 logements, tous types confondus, privés et publics".

Vu l'état des bâtiments dans la métropole Nice Côte d'Azur, il faudrait "100 ans" pour les rendre moins énergivores

De son côté, "le PLH prévoit la production de 21.288 logements sur 6 ans, soit une production annuelle de 3.548 logements, dont 1.436 logements locatifs sociaux".

Et c'est là que ça coince.

Pour la gauche, si aucun des deux objectifs affichés n'a de préférence affichée sur l'autre, "c’est le plus bas qui s’impose". Or, "l’objectif de production de logements sociaux du PLUm se situerait à 1.050 par an : en niveau très insuffisant au regard des besoins".

D'après l'élu, il manquerait "sur l’ensemble de la Métropole 23.400 logements locatifs sociaux".

En gardant son calcul de 1.050 par an, il faudrait... "23 ans pour combler ce retard, ce qui nous renvoie à l’horizon 2043".

Le "non" de l'opposition au PLUm était donc inévitable.

"Des contrastes sociaux très violents" à Nice

Cela fait des années que l'opposition municipale défend la construction de nouveaux logements sociaux. "Il n'y en a que 12%, alors que la loi en impose 20% et que 70% des Niçois y sont éligibles. On est en plus dans une ville où il y a des contrastes sociaux très violents" défendait ainsi Patrick Allemand dans les colonnes de Rivieractu fin octobre.

Le groupe de gauche au conseil a également pris "acte avec satisfaction que la mobilisation citoyenne semble avoir réussi à faire entendre raison (à la majorité de droite). Nous restons vigilants à propos des délais concernant le prolongement de la ligne 1 vers l’Ariane et La Trinité."

Un PLUm "tourné vers l'environnement"

Le plan voté devrait limiter la consommation des terres encore vierges avec "des ouvertures à l’urbanisation limitées à 300 hectares".

Transports, environnement: Philippe Vardon (RN) livre ses premières propositions

D'après le président de la métropole Christian Estrosi, il va protéger "encore plus" les terrains agricoles et naturels, avec plus de 1.000 hectares nouveaux dédiés à l’agriculture.


"Pour la seule plaine du Var, 1.117 hectares de terres agricoles sont identifiés, soit 867 hectares de plus que l’attendu de la directive territoriale d’aménagement. Les espaces naturels progressent également de près de 500 hectares nouveaux."

Le plan va également voir "une trame verte et bleue se mettre en place à l’échelle métropolitaine" avec pour objectif de "reconstituer, sur terre comme dans l’eau, un réseau écologique cohérent qui permette aux espèces animales et végétales de circuler, s’alimenter, etc".

Un "observatoire de la biodiversité" sera également créé.

21.000 logements sont prévus au programme local de l’habitat 2017-2022.

"L’Eco-vallée a, d’abord et avant tout, pour vocation, d’être un projet économique et environnemental" a tenu à rappeler Christian Estrosi.

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne