Ragots, règlements de comptes: sur Twitter, ces anonymes mordants qui vont pimenter la municipale niçoise

Ragots, règlements de comptes: sur Twitter, ces anonymes mordants qui vont pimenter la municipale niçoise
Capture écran Twitter / Rivieractu

Sur Twitter, le passé gênant de certains candidats et leurs stratégies sont mis au jour par des profils secrets. Ces "infos" sont à prendre avec des pincettes, mais elles pourraient contribuer à apporter un peu de dynamisme à une campagne qui ne passionne pas les foules.

RÉSEAUX SOCIAUX — Vous aimiez "Christian Macronsi", l'internaute anonyme qui raille le maire depuis plus d'un an ? Vous allez adorer "Les Martinades de Joelle" et "Nice 2020 Indiscret". Ceux qui pensent que la capitale azuréenne est une ville endormie avec un Internet trop pauvre auront bien tort.

Concrètement, que font ces comptes (au succès relatif, pour le moment) ? De la critique, tantôt frappée au coin du bon sens, parfois pas du meilleur goût. Ces profils se livrent à un exercice de satire souvent très malin. Rafraichissant, dans une campagne où l'issue ne fait que peu de doutes — Christian Estrosi part très favori et pourrait gagner dès le premier tour — et dont le casting du côté des autres candidats est si peu enthousiasmant.

"@ChristianMacronsi" tombe parfois dans des écueils évitables, avec des insultes inutiles ("collabo", traître") mais ses tweets ont parfois été savoureux. "Les Martinades de Joelle" communique autrement, de façon plus précise.

La cible, attaquée férocement depuis plusieurs jours, est l'ancienne adjointe aux affaires sociales Joëlle Martinaux. Le compte tourne en ridicule ses nombreux... changements d'avis, disons.



Le compte raille ici cette "marcheuse de la première heure" présente à un meeting de François Fillon en janvier 2017, ou sa présence à une soirée de l'association LGBT+ Le Refuge après avoir (visiblement) été dans les rangs de l'opposition au mariage pour tous en 2013...


Un autre compte égrène depuis quelques jours ses infos, sans se baser cette fois sur des archives sourcées et des preuves comme le profil précédant, mais plutôt en relayant des "ragots" venus des coulisses. Ici une citation amusante d'un élu, le reste du temps des accusations contre les uns et les autres (tractations pour la future liste de Christian Estrosi aux municipales, tel associatif qui souhaite se relancer en politique, etc) que l'on ne relaie pas ici faute de pouvoir les vérifier.


Ne nous y trompons pas, la démarche n'est peut-être pas si "citoyenne" que ça. Ces comptes ont accès à beaucoup de documents anciens et à des renseignements de première main, souvent venues de l'intérieur. En pleine campagne, il y a fort à parier que les états-majors des différents candidats soient derrière certains d'entre eux, avec l'unique objectif de décrédibiliser l'adversaire. Vigilance, donc, avec les infos véhiculées. Les comptes se relaient entre eux et interpellent les reporters politiques et les patrons des différentes rédactions locales, preuve de leur bonne connaissance du fonctionnement de la parole médiatique à Nice.

Ils ont toutefois le mérite de ressortir des archives pertinentes pour le choix des électeurs (quand les tweets sont assortis de preuve et de sources fiables), propres à enrichir le débat public.

Ils apportent surtout un peu de piquant et de dynamisme à une campagne niçoise qui en manque cruellement.

internet

0/Discutons de cette info

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne