Bonne nouvelle : l’épidémie de Sida recule fortement dans les Alpes-Maritimes

Bonne nouvelle : l’épidémie de Sida recule dans les Alpes-Maritimes
Mairie de Nice, photo Ville

Les nombreuses initiatives lancées pour lutter contre le virus dans notre département ont permis de faire grandement reculer le nombre de nouvelles contaminations. L'objectif zéro contamination reste plus que jamais d'actualité !

SANTÉ — La lutte contre le Sida dans les Alpes-Maritimes porte ses fruits : on y enregistre une chute de 40% des nouveaux diagnostics VIH entre 2015 et 2018. Un chiffre extrêmement positif à quelques jours de la Journée Mondiale contre le Sida.

Dans le détail, cette baisse concerne particulièrement les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), ceux qui étaient parmi les plus impactés par l'épidémie qui sévissait ces dernières années, notamment à Nice.

Cette tendance est « spectaculaire mais attendue » selon la Coordination régionale de la lutte contre l’infection due au VIH (Corevih PACA) : « depuis 2016, nous savons comment prévenir efficacement les infections. Ces résultats très encourageants valident la stratégie volontariste des acteurs locaux mobilisés, consistant à faire connaître et à déployer largement les outils de prévention diversifiée

Pascal Pugliese, spécialiste en infectiologie au CHU de Nice et coordinateur régional de la lutte contre la maladie, avait détaillé dans nos colonnes en septembre dernier les derniers dispositifs mis en place.

DÉCRYPTAGE. « L’épidémie de Sida n'est vraiment pas terminée à Nice », mais certains indicateurs permettent de rester optimistes

Depuis cet été, notamment, l'opération « Au labo sans ordo » (infos pratiques ici) permet d'avoir accès sans frais et sans ordonnance à un test de dépistage du VIH dans tous les laboratoires d’analyses médicales des Alpes-Maritimes.

Pour le Corevih PACA, plusieurs facteurs ont aidé à faire reculer le virus : le dépistage répété dans les « populations exposées et encore trop souvent stigmatisées », le déploiement du traitement préventif (PrEP) depuis janvier 2016, la promotion du préservatif et le traitement rapide et efficace des personnes vivant avec le VIH.

L'objectif « zéro contamination » se poursuit. Les contaminations ne baissent pas, en revanche, chez les HSH nés à l’étranger et sont en augmentation parmi les hétérosexuels nés à l’étranger. Deux situations qui seront au coeur de la lutte dans les prochains mois.

0/Discutons de cette info

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne