En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

"Racisme ordinaire": A Charleville-Mézières, la mosquée taguée de croix gammées

"Racisme ordinaire": A Charleville-Mézières, la mosquée taguée de croix gammées
Twitter : @Boris_CM2014 / A Charleville-Mézières, la mosquée taguée de croix gammées

Le site de la construction d'une mosquée à Charleville-Mézières a été dégradé par des inscriptions haineuses, dans un contexte d'augmentation des actes anti-musulmans.

"Il y a cette ambiance, au niveau national, comme si on autorisait à déverser sa haine", confie à l'AFP une mère de famille de 37 ans.

Elle déplore les croix gammées et les insultes inscrites sur la mosquée en construction en bordure de Charleville-Mézières.

Découvertes jeudi, "ces inscriptions ont été effacées par les services municipaux... avant d'être reproduites dimanche".

"Ce qui s'est passé, je me dis que c'est une conséquence de la stigmatisation d'une partie de la population, tellement ça monte", poursuit cette musulmane pratiquante. "Ca ne m'étonne même plus, c'est presque comme si ça avait été autorisé".

L'Association de la mosquée et du centre culturel des Ardennes n'a pas voulu commenter en longueur ce qu'elle appelle des "dérapages" : "Ca nous rend tristes... On espère des jours meilleurs" a-t-elle sobrement regretté.


Depuis la pose de la première pierre, en novembre 2011, le chantier a été la cible d'"actes de malveillance" à six reprises.

La construction de l'édifice religieux qui représente un budget de 4,5 millions d'euros, progresse lentement, en fonction des dons adressés par les fidèles, qui constituent l'unique source de financement du projet.

Pour éviter toute nouvelle dégradation, les autorités ont pris des mesures : une caméra de vidéo-surveillance a été installée et les patrouilles de police se font régulières.

"Ce sont des inscriptions racistes, injurieuses, haineuses. Les auteurs violent la loi, ils méritent d'être poursuivis et j'espère qu'ils seront interpellés", déclare Boris Ravignon, maire LR de la ville. "Quel que soit le contexte national, on est sur des faits qui ne doivent plus intervenir".

Selon des chiffres du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) en 2018 en France, il y aurait eu 676 actes islamophobes, soit une augmentation de 52% sur un an.

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne