En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

"Provocation à la haine raciale": La maman voilée prise à partie par Julien Odoul (RN) porte plainte

"Provocation à la haine raciale": La maman voilée prise à partie par Julien Odoul (RN) porte plainte
lsa Faucillon // Twitter

Une plainte pour "violence en réunion par personnes dépositaires de l’autorité publique" a été déposée, ainsi qu'une autre pour "provocation publique à la haine raciale par des élus".

La mère voilée prise à partie vendredi 11 octobre par l’élu du Rassemblement national (RN) Julien Odoul, lors d’une sortie scolaire au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, a décidé de porter plainte à Dijon et à Paris, a annoncé mercredi 16 octobre le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

La première plainte réclame des poursuites pour "des violences commises en réunion par personnes dépositaires de l’autorité publique sur mineur et majeur à caractère racial".

"Violences verbales"

Vendredi, Julien Odoul, membre du bureau national du Rassemblement national et président du groupe RN à l’assemblée régionale, avait demandé en séance que cette maman accompagnatrice retire son voile.

La femme affirme avoir ensuite subi des "violences verbales" de la part de certains élus d'extrême-droite, en dehors de la salle du Conseil régional.

L’attitude de Julien Odoul a été très critiquée, jusque dans les rangs du RN, où Marine Le Pen a fait savoir à l'intéressé sa réprobation.

Une deuxième plainte devrait être déposée vendredi au tribunal de Paris pour "provocation publique à la haine raciale par des élus", d'après le communiqué de la victime présumée transmis à l'AFP.

Cette plainte vise le tweet de Julien Odoul qui accompagnait la vidéo et évoquait l’attentat du 3 octobre à la préfecture de police de Paris : "Après l’assassinat de nos 4 policiers, nous ne pouvons pas tolérer cette provocation communautariste", avait-il écrit.

"Ce n’est pas qu’une question de laïcité, mais de racisme"

"Ma cliente a été humiliée, son image a été diffusée partout, elle est très marquée et son fils voit un psychologue", a déclaré son avocate, Me Sana Ben Hadj.

"Ce n’est pas qu’une question de laïcité, mais de racisme. On tente d’exclure les musulmans de la République", a-t-elle ajouté.

"Que le CCIF, organisation extrémiste et islamiste, soit à l’initiative de cette plainte est la démonstration évidente de la volonté de criminaliser et d’interdire tout débat sur le communautarisme et l’islam politique en France", a réagi Julien Odoul sur Twitter.

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne