En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

Le projet d'un "BFM Nice" a-t-il échoué cet été?

Montage fictif Rivieractu

Dans le contexte du développement de ses antennes locales (Paris, Lyon, prochainement Lille), BFMTV a essayé cet été de s'implanter à Nice via Azur TV.

MÉDIAS — Une nouvelle chaîne d'info aurait pu arriver dans le poste des Niçois. Rembobinons un peu le film du projet.

25 janvier 2019, douche froide chez Azur TV.

La Région apprend au groupe qui détient la chaîne locale qu'une grande partie des subventions qui assurent sa survie, c'est fini. L’enveloppe qui disparaît correspond à 60% du chiffre d’affaire de la société... il faut donc trouver rapidement un nouvel investisseur.

La chaîne aurait manqué à certains de ses objectifs, notamment celui d'attirer des annonceurs privés pour moins dépendre des subsides publics. Marsactu souffle également que Christian Estrosi s'était beaucoup investi pour soutenir le groupe TV, mais que Renaud Muselier, son successeur à la Région, y serait beaucoup moins enclin.

Un tiercé de prétendants composé de BFM, Canal et Privinvest

Les 11 salariés de Provence Azur et Var Azur, les deux antennes les plus touchées par ce revers financier, sont informés de la situation le 6 mars. Le patron Hervé Raynaud est en négociations avec plusieurs actionnaires, à qui il fixe les bases d'un accord : "le maintien de nos salariés, et le respect de notre ligne éditoriale, qui est celle d’une chaîne d’information locale de qualité."

Le "tiercé final" est composé de BFM TV (Altice), CNews (Groupe Canal+), et Valeurs Actuelles (Privinvest Médias).

BFM TV a déjà acquis Télé Lyon métropole l’année dernière, pour la transformer en BFM Lyon Métropole aujourd'hui, dans le sillage de BFM Paris, lancée en novembre 2016.

Un scénario bien différent est prévu en cas de changement d'investisseur, puisque ce dernier "ferait une simple entrée au capital mais nous resterons majoritaires" détaillait avant l'été Hervé Raynaud à Marsactu.

Pas de changement de nom possible dans cette configuration... sauf si "cet investissement grandit d'ici quelques mois ou quelques années" précise-t-on alors du côté d'Azur TV.

Les espoirs de BFM sont douchés dans la chaleur estivale, puisque c'est l’offre de Iksandar Safa, qui vient d'échouer à reprendre Nice-Matin, qui est préférée à celle du groupe Altice.

Le patron de Valeurs actuelles entre ainsi au capital de groupe détenant Azur TV à hauteur de 39% des parts, avec l'objectif de créer un "pôle média dynamique à la hauteur des habitant(e)s de la région". Le nouveau réseau de chaînes locales Vià aimerait voir Azur rejoindre son maillage.

Le modèle économique de ces petites chaînes n'est pas encore tout à fait stable (il dépendait souvent ces dernières années du bon vouloir - et des largesses - des collectivités territoriales) mais Altice et Vià ont déjà commencé à se partager la France.

La maison-mère de BFM se déploie région par région, appliquant les recettes de la chaîne News 12 qu'elle possède également à New York.

De son côté, le réseau Vià regroupe une vingtaine de chaînes, diffusées sur le canal 30 des box et souvent sur la TNT, de TéléPaese en Corse à Tébéo en Bretagne en passant par ViàMirabelle (Lorraine) et ATV Martinique.

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne