En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

Le polémique "ministère de l'Immigration" de Nicolas Sarkozy pourrait faire son grand retour

À quoi servirait le haut commissariat à l'immigration voulu par le gouvernement ?
Photo : Remi Jouan

Le gouvernement envisage de créer un poste en charge de l’immigration. Cette annonce ferait suite au débat sur la question, organisé au Parlement au début du mois d’octobre.

IMMIGRATION — La République En Marche, menée par Stanislas Guérini, reconnaît bien un retour aux "années Sarkozy" avec son (controversé) ministère de l’Immigration. Pas de quoi "effrayer la majorité" estime-t-il.

A l’Elysée et à Matignon, pour le moment, c'est le silence radio.

Un ministre cité par France info juge cependant que "coordonner l’action des différents acteurs est indispensable". Comme le rappelle le média public, "plusieurs services et organismes traitent déjà des questions migratoires, à l’instar de la direction générale des étrangers, le délégué interministériel chargé de l’intégration, l’Office de l’immigration, ou encore de l’Office français de protection des réfugiés".

"Ministère à part"

Le gouvernement reprocherait le manque de coopération de ces organismes et — surtout — leur "manque d'efficacité".

Sur LCI ce mardi 29 octobre, le député LREM Aurélien Taché s’est prononcé en faveur d'un tel projet : "La question de l’immigration doit être traitée à part entière, a-t-il estimé. La laisser au ministère de l’Intérieur qui est en charge de l’ordre public, de la sécurité et donc par exemple, des reconduites à la frontière, […] est un choix politique qui peut être discuté".

"Avoir un ministère à part, j’y suis favorable. J’avais déjà dit qu’il fallait faire intervenir l’emploi, l’éducation et que, sous la responsabilité du Premier ministre, on aurait certainement, cette coordination plus forte", a ajouté Aurélien Taché.

Créé en 2007 par Nicolas Sarkozy, le ministère de l'Immigration est supprimé en 2010 et son portefeuille confié au ministère de l'Intérieur. L'association des termes "Immigration" et "Identité nationale" avait soulevé beaucoup de critiques.

La "politique du chiffre" des expulsions de sans-papiers, et le coût financier important de cette instance avait également soulevé des questions.

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne