En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

Municipales: Le gouvernement n'interdira pas les listes religieuses et communautaires

Municipales: Le gouvernement n'interdira pas les religieuses et communautaires
Photo : Jacques Paquier

Des partis de toutes sensibilités se sont positionnés en faveur d'une interdiction des listes communautaires aux municipales. Celle de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) a été particulièrement montrée du doigt.

MUNICIPALES 2020 — "Ce n’est pas au gouvernement de décider qui a le droit de se présenter ou non" martèle Matignon, cité par l'AFP. L’exécutif "n’envisage pas" d’interdire les listes communautaires qui voudront concourir aux élections municipales, a indiqué mardi l’entourage du Premier ministre Edouard Philippe, alors que l’opposition LR prépare une proposition de loi contre ces formations.

"Est-ce que pour autant on ne peut rien faire ? Non. On peut aller au combat en dénonçant le fait même que se montent de telles listes communautaires" développe une source à Matignon, assurant : "On ne va pas s’endormir en regardant ailleurs. On veut porter ce combat sur le terrain politique, comme on le fait face au RN."

"Contrer une forme de sécession"

Les sénateurs LR vont déposer une proposition de loi pour interdire ces "listes communautaristes" aux élections, afin de "contrer ce qui est une forme de sécession", une initiative soutenue par divers responsables politiques allant de Marine Le Pen (RN) à Raphaël Glucksmann (Place publique).

Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR, a particulièrement visé l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Ce parti créé en 2012 a recueilli moins de 29.000 voix aux Européennes, avec cependant des pics dans quelques communes en région parisienne.

Si dans une campagne "il y a le moindre acte, la moindre parole qui mette en cause les fondements de la République, je serai le premier à interdire" avait affirmé au début du mois le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

[Source : AFP]

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne