En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

"Perversité, manque d'indépendance": Entretien explosif du juge Levrault sur la justice monégasque

"Perversité, manque d'indépendance": Entretien explosif du juge Levrault sur la justice monégasque
Photo CC Flickr/hellolapomme

Edouard Levrault garde de ses trois ans passés à Monaco l'impression d'un système "qui doit arranger" et le souvenir de policiers ouvertement hostiles à sa vision de la justice. Entretien (vraiment) sans filtre.

JUSTICE — Le juge savoure sa liberté de parole retrouvée. Dans une interview accordée à nos confrères du magazine l'Obs, l'homme de loi, détaché un temps à Monaco, ne cache plus rien de ses déceptions concernant son court passage dans la principauté.

"Une justice qui arrange"

"J’ai cru en une évolution des autorités monégasques, c’est-à-dire la possibilité d’exercer enfin pleinement des fonctions d’instruction conformément au droit de la Principauté et à ses engagements internationaux" lâche-t-il, dénonçant une "justice (...) qui arrange, et non qui dérange" avant de parler de la "perversité du système actuel" dont il aurait "payé le prix".

"J’ai servi d’alibi pour justifier à quel point la justice pouvait être indépendante à Monaco" analyse-t-il. "Ce fut de courte durée car, en me limogeant, il a été démontré combien cette indépendance, même dans ses apparences, avait aussi ses limites."

Un renvoi contesté

Celui qui est aujourd'hui vice-président du Tribunal de Grande Instance de Nice a vu son détachement non renouvelé à compter du 1er septembre 2019. "La décision des autorités monégasques m’a été notifiée sans qu’aucun grief ne soit invoqué, ce qu’aucun État de droit ne saurait admettre", regrette Édouard Levrault.

Les conditions de son "limogeage" ont d'ailleurs été dénoncées par le Groupe d’États contre la corruption (Greco) en 2017, lors de son dernier rapport d’évaluation à Monaco.

Relations orageuses avec les policiers

Les rapports entre le juge Levrault et les policiers locaux ont été... très compliqués. Alors qu'il préconise la mise sur écoute d'un suspect dans une affaire, les enquêteurs auraient décidé de ne pas suivre ses directives et d'interpeller l'homme. "Bon, vous n’avez pas l’air de bien comprendre. Ici, vous êtes à Monaco, et on va vous expliquer comment cela fonctionne" lui aurait-on répondu. Ambiance.

"Les magistrats sont totalement tributaires de la Sûreté publique" développe le juge. "Et ce monopole devient malsain lorsque des soupçons se portent sur certains de ses membres, puisque ce sont alors leurs collègues qui se chargent des investigations".

A Monaco, le passage d'Edouard Levrault aura été marqué par l'inculpation de dix personnalités pour "trafic d’influence", mais aussi — fait rarissime — par une manifestation silencieuse d’une centaine de policiers sous ses fenêtres.

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne