En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

«Climat de terreur»: contre «l'insécurité», ce petit village a adopté un couvre-feu

«Climat de terreur»: contre «l'insécurité», ce petit village a adopté un couvre-feu
Photo : Patrice Semeria

Puget-Théniers, 2.000 âmes, a dû adopter un couvre-feu plusieurs semaines pour maîtriser des "troubles à l'ordre public", visiblement commis par les plus jeunes de ses habitants.

SOCIÉTÉ — "Ras-le-bol", "climat de terreur", "habitants qui témoignent anonymement par peur de représailles"... On est loin du cliché du petit village du Sud à mettre sur les cartes postales.

A Puget-Théniers, comme le rapporte Nice-Matin dans un reportage, il a fallu instaurer un couvre-feu, une mesure exceptionnelle pour un petit village d'à peine 2.000 habitants.

Cet arrêté couvre-feu, qui interdisait la circulation des mineurs de moins de 17 ans non-accompagnés, de 22 h à 6 h, a duré tout le mois de septembre.

"On est envahis"

Certains habitants de ce village central de la vallée du Var témoignent : "Il y a du bruit, des bagarres. Les personnes âgées se font insulter" dénonce une femme âgée.

"On est un peu envahis par une population qui ne respecte pas les choses, des gosses livrés à eux-mêmes qui prennent le pouvoir. Les parents font des enfants pour les allocations." lance une autre. "Je l’avais dit, au maire : ‘‘si l’Ariane ou les Moulins viennent au village, je m’en vais !’’" complète-t-elle, dans une tirade d'un goût douteux.

Quels résultats ?

La gendarmerie reconnaît, des troubles à l’ordre public, "un nombre conséquent d’interventions" et un "sommet de violence avec une bagarre qui a impliqué une trentaine d’individus, à quinze contre quinze."

Patrick Jacquemoud, conseiller municipal délégué à la sécurité, ne partage pas la satisfaction affichée du maire sur cet arrêté: "Les gamins n’ont eu qu’à se déplacer..." Le couvre-feu ne sera pas reconduit.

Une autre petite commune, cette fois en Bourgogne-Franche-Comté, a mis en place une mesure similaire, cette fois pour les mineurs de moins de 14 ans, après plusieurs cas de délinquance. Là encore, la réelle efficacité de la mesure n'a pas été établie.

En 2016, Nice-Matin soulignait dans une enquête que "les preuves suggèrent que les couvre-feux juvéniles sont inefficaces pour réduire les crimes et les agressions" aux Etats-Unis.

En France, on ne mesurerait pas les résultats de ces arrêtés pour ne pas avoir à révéler "leur inefficacité".

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne