En continu

[getBreaking results="3" label="recent"]

Bientôt renvoyé? Nicolas, le pompier qui a insulté Emmanuel Macron, suspendu

Paris, le mardi 15 octobre. Dans la vidéo, Nicolas B. crie sa colère contre les violences policières dont il aurait fait l’objet. Photo : DR / Capture écran

La notification de cette suspension par sa hiérarchie lui a été donnée ce mardi 22 octobre. Cette mesure disciplinaire est provisoire, dans l’attente que le tribunal administratif statue sur une possible révocation.

La sanction n'aura pas traîné. Pile une semaine après la manifestation des pompiers à Paris, où il avait été filmé en train d'insulter Emmanuel Macron, le pompier de l'Essonne Nicolas B. est suspendu.

Il a appris la décision prise par sa hiérarchie aujourd'hui par un courrier, au sein de la caserne de Corbeil-Essonnes.

Il en appelle à la clémence du président

Cette suspension, mesure interne provisoire en attendant le jugement devant le tribunal de Versailles, peut durer jusqu'à quatre mois maximum.

Le père de famille de 39 ans anticipe en conséquence, auprès du Parisien, une perte sèche d'environ 900 euros sur son salaire. Il estime qu'il ne touchera plus que "1000 euros net par mois".

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République Emmanuel Macron en date du lundi 21 octobre, les avocates de Nicolas en appelaient à la clémence du chef de l'État : "Nous le savons, c'est de vous que viendront les ordres sur le niveau de sanction à appliquer pour les propos qu'il a tenus" écrivaient-elles notamment.

Dans une vidéo postée il y a une semaine sur les réseaux sociaux, le jeune pompier en uniforme se trouvait sur la place de la Nation (XIIème arrondissement de Paris) à la fin de la manifestation nationale des soldats du feu, venus exprimer leur ras-le-bol.

Vraisemblablement blessé à la jambe, il explique qu'un policier lui a "tiré dessus à bout portant".

"C'est un CRS, et moi je suis pompier", s'indigne l'homme en pointant une plaie rouge sous son pantalon troué. Il conclut son envolée par l'injure "Macron, va te faire encul*r".

La vidéo a été vue plus d'un demi-million de fois sur un seul tweet.

0/DISCUTONS DE CETTE INFO

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont évidemment pas leur place dans cet espace de débat(s). Tout contenu contraire à la loi peut donner suite à des poursuites pénales. Rivieractu.com se réserve le droit de suspendre les utilisateurs enfreignant ces règles.

Plus récente Plus ancienne